Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Et si les jeunes étaient les futurs ambassadeurs de l’épargne immobilière ?

Baromètre de « L’épargne immobilière»

Publié le

Une étude produite par

© Perial / Oipinon Way

Le groupe Perial, spécialiste de l’épargne immobilière, publie aujourd’hui les résultats de son deuxième baromètre annuel de « L’épargne immobilière», mené par Opinion Way*.

Cette seconde édition conforte les tendances observées en 2015 : l’attitude des français concernant le choix de leurs placements demeure identique, l’épargne immobilière apparait toujours comme un placement méconnu du grand public mais qui séduit dès qu’il est explicité, notamment chez les plus jeunes (Génération Y : moins de 35 ans).

Fait nouveau, l’édition 2016 souligne l’intérêt des Français pour une offre digitale d’épargne immobilière, intérêt logiquement renforcé auprès des plus jeunes.

Une attitude inchangée vis-à-vis de l’épargne

Cette deuxième édition du baromètre confirme l’attitude des français vis-à-vis de l’épargne. Une de leurs principales motivations d’épargne est de disposer d'une épargne de sécurité (75%), de financer leur retraite (45%) et de se constituer un patrimoine (45%). L’épargne des jeunes est plus axée sur leur projet immobilier et sur un projet de création d’entreprise. Et naturellement, ils sont moins nombreux à juger l’épargne pour la retraite indispensable (57% des jeunes vs 70% des personnes interrogées).

Leurs placements préférés restent les mêmes : Livrets d’épargne (46%), Immobilier direct (28%)  et Assurances-vie pour 14%. Il existe un consensus générationnel sur les critères principaux de choix du placement : peur du risque, liquidité du placement et fiscalité mais chez les jeunes l’actualité impactera davantage l’accroissement leur épargne (43% vs 27%).

Concernant l’épargne immobilière, le constat demeure inchangé par rapport à 2015. Malgré des records de collecte, la notoriété et la possession de l’épargne immobilière restent stables, respectivement 1% et 6% seulement.

L’épargne immobilière est nettement plus attractive auprès des jeunes

En spontané, l’épargne immobilière continue à être peu connue mais une fois présentée, elle reçoit à nouveau un accueil positif. Elle est attractive auprès d’une cible dont le profil est assez marqué : plus jeune (40 % de moins de 35 ans contre 27 % au global de l’échantillon).

Par ailleurs, l’intention de réallocation des moins de 35 ans est de 39%, ce qui souligne un fort intérêt de leur part (vs 24% pour l’ensemble des français).

La génération Y est plus convaincue que cette offre d’épargne immobilière lui correspond. En effet, ils ne sont qu’une minorité (16%) à penser que cette offre n’est pas pour eux ou serait réservée à des personnes fortunées (13%).

Les raisons d’attractivité sont assez proches de celles citées l’an passé : la sécurité, la rentabilité et dans une moins mesure, son accessibilité tarifaire.

Un intérêt renforcé par une offre digitale d’épargne immobilière

Présentée dans un second temps, l’offre digitale parait globalement plus attractive et apporte une réelle plus-value : 1 répondant sur 4 juge qu’elle est ainsi plus attractive (contre 11 % moins attractive).

Ce sont les frais réduits (57% de notes de 6 à 10), le ticket d’entrée (52% de notes de 6 à 10) et la gestion en ligne (45% de notes de 6 à 10) qui plaisent notamment.

L’offre digitale permet, couplée à l’offre classique, de stimuler l’attractivité globale de l’offre. Elle permet de doper les intentions de réallocations notamment auprès de la génération Y (40% vs 26).

L’offre digitale apparaît donc comme un accélérateur d’appétence pour les jeunes, qui sembleraient moins conservateurs car sans doute moins impactés par les schémas classiques d’épargne.

Conforté par ces enseignements, le groupe Perial, dans le cadre de son plan stratégique à 5 ans,  s’est d’ores et déjà engagé dans la préparation d’une offre digitale à destination de cette nouvelle génération d’épargnants.


* Baromètre PERIAL-Opinion Way de l’épargne immobilière - interviews réalisées du 13 au 21 septembre 2016 auprès d’un échantillon de 1028 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.