3e édition du Tableau de bord du Bâtiment Durable - 2016

Une étude produite par

Le Plan Bâtiment Durable, avec le soutien du CSTB, publie la troisième édition de son tableau de bord. Basé sur des données publiques, ce tableau de bord a vocation à donner une photographie à fin 2014 de la dynamique de construction et de rénovation énergétique en France et au regard des différents objectifs fixés.

Alors que la quasi-totalité des textes d’application de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte sont publiés et que l’Accord de Paris vient d’entrer en vigueur, ce troisième tableau de bord, élaboré avec le soutien du CSTB, vient alimenter la réflexion de la filière bâtiment et immobilier sur le chemin parcouru et celui restant à faire ; tout particulièrement au regard des objectifs ambitieux fixés pour le secteur en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de baisse des consommations d’énergie.

Une dynamique incontestable mais qui doit être renforcée pour atteindre les objectifs

Avant tout commentaire, il est important de préciser que ce tableau de bord offre une photographie à fin 2014 de la dynamique, ce décalage de calendrier étant consécutif à la disponibilité des données statistiques.
Au regard des chiffres, l’évolution, que ce soit en matière d’émissions CO² ou de consommation énergétique dans le secteur du bâtiment, va dans le bon sens. Ainsi, les émissions de CO² ont diminué de 12 % dans le secteur résidentiel-tertiaire depuis 1990 et les consommations d’énergie ont connu une stabilisation, voire une diminution ces dernières années pour les énergies fossiles (- 1,6 %/an entre 2002 et 2014). Si la dynamique semble installée, elle devra cependant s’accélérer afin d’atteindre les objectifs fixés.
Les efforts demandés au secteur résidentiel-tertiaire sont importants et pour atteindre les objectifs, il faudra une baisse de 60 % des émissions CO² d’ici 2028-2030. Il est ainsi nécessaire de poursuivre les efforts fournis depuis plusieurs années et d’en augmenter l’ampleur afin de demeurer sur la bonne trajectoire. A titre d’exemple, une baisse de 6,3 %/an des émissions CO2 dans le secteur résidentiel-tertiaire est nécessaire d’ici 2030 alors qu’elle était, jusqu’à présent, limitée à 1,5 %/an entre 2007 et 2014.
Ces éléments montre bien l’ampleur du chemin restant à parcourir, mais également les premiers résultats satisfaisants des politiques menées en terme d’efficacité énergétique du bâtiment.

Baisse des émissions de CO² dans le secteur résidentiel-tertiaire malgré une nette hausse des surfaces chauffées, quelles explications ?

Cette édition du tableau de bord s’attache, en particulier, à effectuer une analyse poussée des émissions CO² du secteur résidentiel-tertiaire à travers différents facteurs. Ainsi les émissions du secteur sont le produit des surfaces, des consommations énergétiques unitaires et du facteur d’émission. De cette façon, la baisse de 19 % des émissions CO² sur la période 1990-2014 s’explique par la baisse conjuguée des consommations unitaires et du facteur d’émission, alors que dans le même temps les surfaces chauffées augmentaient de 34 %. Il est cependant à noter que ces baisses diffèrent entre le résidentiel et le tertiaire : dans le tertiaire, moindre baisse des consommations unitaires due à l’impact de l’électricité spécifique mais forte baisse du facteur d’émission, le tertiaire étant très sensible au contenu CO² de l’électricité, et inversement pour le résidentiel.

Un ensemble d’autres indicateurs est publié dans cette troisième édition du tableau de bord ; ils viennent utilement éclairer notre perception du marché et de l’engagement de la société autour des enjeux de bâtiment durable.


Le Plan Bâtiment Durable
Lancé en janvier 2009 par les pouvoirs publics, le Plan Bâtiment Durable, présidé par l’avocat Philippe Pelletier, fédère un large réseau d’acteurs du bâtiment et de l’immobilier autour d’une mission commune : favoriser l’atteinte des objectifs d’efficacité énergétique et environnementale de ce secteur. Le Plan Bâtiment Durable assure la concertation permanente au sein de la filière et témoigne de la mobilisation continue des acteurs au plan national comme régional. Il est ainsi force de proposition auprès des pouvoirs publics.

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème