Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Paris Workplace 2017 : Travaille-t-on (vraiment) mieux dans la French Tech?

Publié le

Une étude produite par

Paris Workplace 2017 © SFL

À l’occasion de ce quatrième baromètre d’opinions Paris Workplace 2017, nous avons cherché à mieux comprendre les aspirations des salariés au sein d’une catégorie d’entreprises qui suscitent curiosité, enthousiasme, voire parfois même fantasmes : la French Tech. C’est une première, puisqu’il n’y avait à présent aucune enquête d’envergure sur les leviers et les sous-jacents propres à ces entreprises et la façon dont elles appréhendent leurs bureaux et plus largement leur « écosystème de travail ». 

Comme à chaque édition, nous avons maintenu notre regard croisé avec l’ensemble des salariés (près de 1 000 salariés de la French tech interrogés et 2 000 salariés de tous secteurs) pour en tirer un certain nombre d’enseignements, très éclairants sur les mutations en cours dans les organisations et plus concrètement sur la question des bureaux.

À la question simple « les salariés de la French Tech sont-ils plus heureux dans leurs bureaux ? », la réponse est sans appel, car ils le sont bien. Pour quelles raisons ?    

Pour ces entreprises, le choix des bureaux ne relève pas simplement d’une réflexion immobilière, mais procède bien d’une stratégie d’entreprise. Il s’agit d’avoir un réceptacle (les bureaux) susceptible de fonder une culture d’entreprise forte, d’attirer et fidéliser les talents, de se distinguer par un environnement « fun » et « stimulant »,  car leur ADN réside dans la capacité à mobiliser de la matière grise en quête d’une innovation permanente.

 Enfin, il existe bien une « French touch » en matière de vie au bureau. Les entreprises de la Tech française offrent un mix étonnant entre cultures française et anglo-saxonne. Horaires de travail tardifs (le matin comme le soir), importance accordée au déjeuner, nette préférence pour les quartiers centraux et mixtes, attachement au bureau sont autant de caractéristiques qui démontrent que nos « Tech » restent bien « French ».

Source : SFL / Ifop

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.

Business Immo