Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Une rentrée sans éclat

Publié le

Une étude produite par

Après un été extrêmement calme, le mois de septembre est venu gentiment réveiller les marchés : au calendrier chargé des 4 principales banques centrales s’est ainsi ajouté un nouvel épisode de stress sur Deutsche Bank.

La réserve fédérale américaine a décidé de laisser ses taux inchangés tout en essayant de préparer le marché à une prochaine hausse en décembre. Le marché adhère à ce scénario sans forte conviction, conscient que de nombreux facteurs de risque peuvent potentiellement le remettre en question.

La BCE s’est contentée d’un discours quasi identique à celui de juillet, sans aucune information complémentaire sur les préoccupations actuelles du marché : Quid du problème de raréfaction de certains titres ? Quid de la prolongation ou non du programme de QE après mars 2017 ? Ces omissions de la BCE ont provoqué une hausse momentanée de la volatilité couplée à une légère tension sur les marchés obligataires.

La BOE n’a pas non plus fondamentalement modifié sa communication et conserve un biais très accommodant même si elle admet que les nouvelles macroéconomiques sont légèrement meilleures qu’anticipé au moment du Brexit. Il nous semble que si la conjoncture britannique reste bien orientée dans les mois qui viennent, cette posture sera de plus en plus difficile à défendre.

Source : La Française AM

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.