Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Côtes-d’Armor : malgré l’attractivité résidentielle, l’atonie de l’emploi et le vieillissement de la population pèsent sur la dynamique démographique

Publié le

Une étude produite par

Côtes-d’Armor : malgré l’attractivité résidentielle, l’atonie de l’emploi et le vieillissement de la population pèsent sur la dynamique démographique

Avec 597 400 habitants en 2014, le département des Côtes-d’Armor est le moins peuplé de la région Bretagne. La croissance démographique a nettement ralenti sur la période récente. La population progresse désormais uniquement grâce à l’apport migratoire, le nombre de naissances étant inférieur à celui des décès. Les nouveaux arrivants sont plutôt des actifs sur la zone d’emploi de Dinan et des retraités sur celle de Lannion. L’emploi recule légèrement alors que le nombre d’actifs progresse. En découle une augmentation des actifs travaillant hors du département et un accroissement du taux de chômage plus marqué qu’ailleurs en Bretagne. L’industrie est en difficulté malgré une bonne tenue de l’agroalimentaire qui représente la moitié des emplois industriels. Le tertiaire est le seul secteur à gagner des emplois. La zone de Lannion se distingue avec une forte proportion de cadres des fonctions métropolitaines travaillant dans les technologies de l’information et de la télécommunication. Le poids du tourisme dans l’économie costarmoricaine s’avère moins élevé qu’au niveau régional. Les Côtes-d’Armor figurent parmi les départements français ayant le plus fort taux de propriétaires. La proportion de maisons individuelles y est également élevée. Le niveau de vie des Costarmoricains est légèrement inférieur à celui de l’ensemble des Bretons. Le taux de pauvreté, égal à 11,6 %, reste malgré tout sensiblement inférieur à la moyenne nationale.

Source : INSEE

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.