Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Démographie : l’emploi et la formation, moteurs de l’attractivité francilienne

Publié le

Une étude produite par

Fuir Paris ! Chaque année, c’est un des marronniers de la presse. Le recensement de 2013 montre une réalité plus nuancée. Le solde migratoire de l’Île-de-France avec les autres régions françaises est globalement négatif, mais positif pour les actifs travaillant dans la région, les cadres, et avec l’international. La métropole francilienne reste une ville monde très attractive et ceux qui la quittent, paradoxalement, en témoignent : la majorité des partants n’y était en effet que de passage ou s’installe à sa périphérie et continue d’y travailler.

Avec près de 12 millions d’habitants en 2013, l’Île-de-France voit sa population progresser chaque année de 50000 à 60000 personnes, et ce depuis près de quarante ans (+56000 par an de 2008 à 2013). Cela représente 1,3 million de personnes en plus depuis 1990, l’équivalent de la population actuelle de la métropole lyonnaise. Trois raisons principales expliquent cette croissance démographique: un excédent naturel considérable, des échanges migratoires déficitaires avec le reste du pays, mais positifs avec le reste du monde. On retrouve également ce «moteur démographique à trois temps» dans le Grand Londres et à New York, les deux premières villes monde de la planète.

Source : IAU Ile de France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.