Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Centre-Val de Loire : L'Essentiel Territoires & Mobilités - T2 2017

Publié le

Une étude produite par

Centre-Val de Loire : L'Essentiel Territoires & Mobilités - T2 2017

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, samedi 1er juillet lors de l’inauguration de la nouvelle ligne ParisRennes, qu’il entendait mettre la priorité sur « les transports du quotidien » plutôt que sur de nouveaux « grands projets » tels que la LGV. « Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, ce sont les transports du quotidien », a-t-il dit, ajoutant qu’il n’entendait pas « relancer de grands projets nouveaux mais s’engager à financer le renouvellement des infrastructures  ». Le président, qui venait de parcourir le trajet Paris-Rennes en moins d’une heure trente, a salué dans le LGV « un succès technologique ». Mais, a-t-il ajouté, « en venant inaugurer ce projet ce soir (…), je suis en train de vous dire : le rêve des cinq prochaines années ne doit pas être un nouveau grand projet comme celui-là ».« Ce succès technique (…) ne doit en rien nous faire renoncer à penser à la mobilité du futur, car (…) bien des combats restent à mener : les infrastructures essentielles à notre attractivité sont insuffisamment entretenues  », a-t-il insisté.

La Commission européenne a autorisé, le 26 juin 2017, les mesures adoptées par la France pour soutenir la construction du CDG Express. Bruxelles estime que « l’aide publique en faveur de la construction de la ligne express est conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. Elle est en parfait accord avec les priorités de la Commission Juncker consistant à soutenir les projets d’investissement des États membres qui stimulent la croissance, les investissements et la création d’emplois  ». Elle prendra la forme d’une « subvention exonérée d’impôt qui sera financée par un prélèvement imposé à partir de 2024 à tous les passagers empruntant l’aéroport Charles-de-Gaulle (à l’exception des passagers en transit) », précise la Commission européenne. L’aide d’État sera accordée à l’entreprise commune constituée entre SNCF Réseau et Aéroports de Paris qui sera chargée de la construction et de l’exploitation d’une ligne ferroviaire express reliant directement la Gare de l’Est à Roissy CDG. Cette nouvelle ligne ferroviaire, longue de 32 km, devrait entrer en service en 2023. Le coût total du projet est estimé à 1,32 milliard d’euros.

Source : CCIR Centre-Val de Loire

 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.