Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Observatoire national de la politique de la ville - 2015

Publié le

Une étude produite par

Observatoire national de la politique de la ville - 2015

L’Observatoire National de la Politique de la Ville a été installé le 19 janvier 2016 par M. Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, quelques jours après la publication de l’arrêté désignant ses membres. Il s’est aussitôt mis au travail, car l’observation comme l’évaluation de la Politique de la ville sont plus que jamais une impérieuse nécessité.

Dès sa nomination, la secrétaire d’Etat chargée de la ville, Mme Hélène Geoffroy a rappelé les ambitions qu’a fixées l’article 1er de la loi
du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine : observation des situations et de la mise en œuvre des politiques, évaluation de celles-ci et invitation à formuler des recommandations chaque fois que le Comité d’orientation de l’Observatoire l’estimera, dans l’indépendance qui lui est reconnue et affirmée.

Cette activité doit s’appliquer aux champs redéfinis par la loi pour la politique de la ville : nouvelle géographie mais aussi nouvelle conception de cette politique, par l’ouverture aux habitants de la participation active à leur destin ; et moyens renouvelés, avec la notion de
mise en œuvre des moyens de droit commun. C’est dire que l’ONPV, qui n’oublie pas le travail effectué par les organismes qui l’ont précédé et sur lequel il s’appuiera chaque fois que possible pour répondre à sa vocation, a devant lui un travail considérable, qu’il doit inscrire dans la durée du mandat de ses membres, trois années, mais certes pas borner à une vision à court et moyen terme. Il ne doit pas oublier l’analyse lucide et motivante pour lui, que les responsables de l’ancien Onzus dressaient, dans le document des dix années de cet organisme qui en marquait en même temps le terme. Nos prédécesseurs ont donné une base de données chiffrées très solide, s’appuyant sur les séries collectées notamment par l’Insee, les services statistiques des ministères et des grands opérateurs. Mais, il convient désormais de faire monter en puissance le rôle d’évaluation confié à l’ONPV.

Source : ONPV

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.