Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Les locations touristiques à Paris : Contrôler leur développement sans les interdire, le difficile équilibre à trouver

Publié le

Une étude produite par

Paris est l’une des premières destinations touristiques au monde mais depuis quelques années, ce succès est corrélé par l’explosion du nombre de locations de courte durée (connues aussi sous le nom du short renting). Celles-ci séduisent de plus en plus de touristes mais elles participent aussi à la difficulté des Parisiens à se loger dans la capitale et constituent une concurrence déloyale à l’égard du secteur de l’hôtellerie.

C’est ainsi que se pose à Paris, la double difficulté de répondre au besoin des touristes tout en maintenant le parc de logements d’habitation. Ce dernier s’appauvrit puisqu’il compte environ 1 300 000 logements (chiffres INSEE 2016) contre 1 350 000 en 2009 (chiffres INSEE 2009). Selon la Mairie de Paris près de 20 000 logements ont été retirés de la location longue durée (résidence principale), on peut légitimement en déduire que la plupart ont rejoint l’offre de logements touristiques.

La location touristique est avant tout pour le loueur, une affaire d’argent, parfois dictée par l’envie ou le besoin de trouver un complément de revenus mais trop souvent dans une logique de rentabilité beaucoup plus affirmée. C’est d’ailleurs le pari actuel de multi-propriétaires qui misent sur leurs investissements pour réaliser de très beaux profits. Cet attrait pour le short renting détourne trop de logements de leur vocation à loger les ménages parisiens. Autre conséquence : la concurrence sérieuse qui pèse sur le parc hôtelier, confronté au nombre croissant de touristes optant pour ce mode d’hébergement.

Quant aux demandeurs, les touristes ne sont pas les seuls adeptes de cette forme d’hébergement. Des motifs professionnels notamment (stages, mobilité, détachements provisoires…) conduisent aussi à rechercher un meublé pour une courte durée.

Les plateformes Internet profitent de cet engouement. Il est difficile de déterminer le nombre de locations offertes par leur intermédiaire, certaines figurant sur plusieurs sites. Le dernier relevé de septembre de l’Observatoire Airbnb établit que le nombre d’offres a augmenté de 53% en un an, passant de 56 544 en octobre 2016 à 86 725 en septembre 2017.

Source : ADIL 75

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.