Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Immobilier, vecteur de la transformation des entreprises

Publié le

Une étude produite par

Les départements Global Occupier Services et Research de Cushman & Wakefield ont observé 10 ans de grands mouvements d’entreprises en Île de France, et dressent le double constat suivant : 

- Plus de 650 transactions de bureaux supérieures à 5 000 m² de 2007 à 2016 ont été dénombrées, soit 9 millions de m² placés durant cette période. 
- Paris pèse 30% du volume des transactions en IDF entre 2007 et 2016, mais 50% de ce volume depuis 2 ans.


Fin des idées reçues :
- Les entreprises franciliennes déménagent à 64% dans le même secteur géographique, elles sont donc nettement moins mobiles qu’imaginé. 
- Elles recherchent de la centralité et concentrent leurs mouvements autour des 4 pôles majeurs que sont Paris, la Défense, Péri-Défense et Boucle Sud (Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux).
- Elles ne prennent ni plus ni moins de surfaces qu’avant, avec une taille moyenne de transactions stable autour de 13 500 m². 
- Elles mettent plus d’argent dans leur immobilier, avec une valeur locative médiane qui augmente de 390 en 2007 à 450 € HT/ m²/an en 2017 (T1-T3).

Nouvelles tendances :
- Le collaborateur devient le premier prescripteur de ses espaces de travail. 
- Les codes de l’immeuble de bureaux convergent désormais avec ceux du commerce et de l’hôtellerie, en proposant une « expérience collaborateurs ». 
- La valeur de l’immobilier n’est plus dans les murs mais à l’intérieur de ses murs et la valeur d’usage des immeubles s’affirme comme un élément important. 
- Depuis le 1er janvier 2018, tout site regroupant plus de 100 salariés doit disposer de son plan de déplacement des entreprises (tiers lieux, horaires décalés …) ce qui impactera le choix et l’organisation spatiale des entreprises dans les agglomérations. 
- Déménager devient une opportunité de repenser lieux et modes de travail, la fonction du siège social perd son rôle statutaire au profit d’un concept « ruche », c’est à dire un lieu de rencontres et de collaboration. 
- Toujours plus de flexibilité et de réversibilité pour les locaux, et de e-working dans les modes d’organisation des entreprises. 
- Une standardisation mondiale des aménagements intérieurs mais avec des différences culturelles (installations sportives et espaces de relaxation). 
- Des espaces de travail agiles et réversibles 100% connectés, ouverts 24/7, et l’intelligence artificielle au service de tous. 
 

Source : Cushman & Wakefield

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.