Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Lyon : Le bureau reste dynamique, l'activité atteint des sommets, la logistique garde le cap

Publié le

Une étude produite par

Le bureau reste dynamique, l'activité atteint des sommets, la logistique garde le cap

Demande placée : léger recul…mais rythme toujours élevé
La demande placée sur le marché des bureaux de Lyon a totalisé 269 200 m² en 2017, un repli de -7% en un an, à nuancer compte tenu d’une année 2016 très réussie (290 000 m²). L’accélération de l’activité en seconde partie d’année et le pic du 4ème trimestre (88 500 m²) ont limité le retard accumulé au 1er semestre. Le volume de transactions s’est en tout cas maintenu en 2017 au delà de sa moyenne décennale (240 000 m² de 2007 à 2016) et confirme la dynamique positive observée depuis 3 ans. Près de 600 signatures ont animé l’exercice 2017, un record très supérieur à l’année passée (562). L’équilibre prévaut quant à la qualité des surfaces commercialisées, avec des positionnements d’entreprises sur des bureaux de 2nde main qui devancent d’une courte tête (51%) les surfaces neuves et restructurées.

Trou d’air pour les très grandes transactions
La plupart des segments de surfaces ont vu leur rythme d’activité progresser nettement, mais l’absence de très grands mouvements d’utilisateur (plus de 10 000 m²) a limité la performance lyonnaise. A noter que le nombre de transactions supérieures à 1 000 m² atteint un record, avec 60 signatures contre 55 en 2016. L’attraction des sociétés pour le neuf demeure d’autant plus forte que les surfaces sont importantes : sur les 10 plus grandes transactions de l’année, 9 ont ciblé des surfaces neuves ou restructurées, avec à leur tête LE MINISTERE DE LA JUSTICE (5 900 m²), MEDICINA (5 700 m²) et NEXTDOOR (5 400 m²).

La Part-Dieu résiste ; les destinations alternatives progressent
La Part-Dieu confirme son leadership, à l’origine de plus d’un mètre carré sur cinq commercialisés à Lyon intramuros (42 300 m²). En marge de cet ascendant - loin du ratio spectaculaire de l’an passé (40%) - les secteurs de Villeurbanne / Tonkin (13%), de Gerland (16%) et de Vaise (10%) ont continué de progresser en 2017. La commercialisation du « Grand Hôtel Dieu », quasi complète en amont de sa livraison, a tiré vers le haut le volume d’activité de la Presqu’île Nord (17 300 m²). Le Nord-Ouest a continué d’attirer la majeure partie de la demande placée de la périphérie, de même que l’essentiel des grands mouvements d’utilisateurs (SBM DEVELOPPEMENT, FOEDERIS, LDLC, STANLEY). Le secteur du Grand Lyon Est a conservé son rôle d’appui, et son poids relatif dans l’activité transactionnelle de la périphérie lyonnaise est resté stable d’une année sur l’autre.

Source : Cushman & Wakefield

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.