Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Tableau de bord mensuel - Février 2018

Publié le

Une étude produite par

Tableau de bord mensuel - Février 2018

En février 2018, les taux des crédits du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) se sont établis à 1.47 %, en moyenne (1.49 % pour l’accession dans le neuf et 1.50 % pour l’accession dans l’ancien).

Depuis août 2017, les taux diminuent doucement, de l’ordre de 2 points de base chaque mois. Et ils ont maintenant retrouvé leur niveau de février 2017. Cette baisse est rendue possible par des conditions de financement et de refinancement de la production de crédits toujours excellentes. Elle s’appuie en outre sur une concurrence par les taux toujours très vive entre les établissements de crédit. D’autant que face à une demande qui s’affaisse depuis plusieurs mois, nombre d’établissements ont maintenu des objectifs de production élevés pour l’année en cours. Mais si les évolutions des taux observées depuis août 2017 soutiennent la demande, elles ne sont plus suffisantes pour compenser la hausse des prix de l’immobilier : la dégradation de la solvabilité due à la hausse des prix constatée depuis 6 mois a été 4 fois plus forte que ce que la seule baisse des taux aurait pu absorber. Alors que la récente dégradation des soutiens publics à la primo accession à la propriété est venue détériorer plus fortement encore la solvabilité des ménages modestes : même si les établissements s’efforcent d’en limiter les conséquences, dans le neuf principalement, par une amélioration de leurs offres de crédit.

Depuis le début de l’année 2018, les taux ont diminué de 4 points de base, dans l’ensemble : de 3 points sur le marché des travaux (pour 1.40 % en février 2018) et sur celui de l’ancien (pour 1.49 % en février 2018), mais de 8 points sur celui du neuf (pour 1.48 % en février 2018).

On remarque alors que la baisse des taux n’a pas bénéficié aux prêts à taux fixe à 15 ans. Alors que les taux sur les prêts à 20 ans et à 25 ans ont baissé de façon comparable.

Source : Observatoire Crédit Logement/CSA

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.