Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Note de conjoncture trimestrielle de la commercialisation de logements neuf en Île-de-France - mars 2018

Publié le

Une étude produite par

Note de conjoncture trimestrielle de la commercialisation de logements neuf en Île-de-France - mars 2018

Au 4e trimestre 2017, 9 925 logements ont été réservés en Île-de-France, soit une quasi stabilité (+ 0,8 %) par rapport au 4e trimestre 2016 (9 427 sont des logements collectifs, en augmentation de 1,6 %, et 498 sont des logements individuels, en baisse de 12,9 %). La métropole du grand Paris (MGP) totalise 55,5 % de ces réservations (57,8 % des logements collectifs et 12,9 % des logements individuels). Dans le même temps, 8 837 logements ont été mis en vente dans la région, soit presque autant (- 0,7 %) qu’au 4e trimestre 2016 (8 344 sont des logements collectifs, en baisse de 1,2 %, et 493 sont des logements individuels, en augmentation de 8,8 %). La MGP représente 51,7 % des mises en vente franciliennes. En moyenne nationale (France métropolitaine), les taux d’évolution s’établissent à - 3,8 % pour les réservations et - 13,2 % pour les mises en vente.

L’encours de logements proposés à la vente s’élève à 27 300 logements en Île-de-France, soit un volume stabilisé à 77 % du nombre de logements vendus au cours des quatre derniers trimestres. Le prix moyen de vente des logements individuels (330 K€ par maison) est en légère baisse (- 1,5 %) par rapport à l’année précédente tandis que le prix de vente des logements collectifs (4 782 €/m²) s’établit à un niveau quasi identique à celui du 1er trimestre 2016 (+ 0,3 %). En moyenne nationale (France métropolitaine), les évolutions s’établissent respectivement à + 5,9 % et + 0,1 % ; le niveau des prix moyens franciliens est toujours supérieur à la moyenne nationale (France métropolitaine), de 19,3 % s’agissant des appartements et de 22,6 % pour les maisons individuelles. Pour le collectif et plus encore pour l’individuel, les prix moyens de vente et la taille moyenne des logements sont plus élevés sur le territoire de la MGP qu’en moyenne sur l’ensemble de la région.

Source : DRIEA

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.