Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Marketbeat

IDF/Paris : Bureaux, demande en hausse & offre en baisse - T1 2018

Publié le

Une étude produite par

IDF/Paris : Bureaux, demande en hausse & offre en baisse - T1 2018

Demande placée : Deuxième trimestre consécutif à plus de 330 00 m² !
La persistance d’un taux de vacance parmi les plus bas de l’histoire ne semble n’avoir aucune prise sur le marché des bureaux parisien; celui-ci enchaîne ainsi un 2ème  trimestre consécutif avec un volume de demande placée supérieure à  330000  m².  Ce  bon  démarrage  augure  d’une  année 2018 dynamique,  dans  les  pas  de  celle  de  2017  (1,1 million de m² au cumul de l’année). Avec  plus  de  330  800  m²  placés  depuis  le  début  de  l’année 2018, le marché parisien a donc conservé sa très bonne dynamique (+11% par rapport à 2017) en particulier sur les arrondissements du QCA-Centre Ouest (+52% en un  an)  alors  qu’ailleurs,  les  volumes  de  transactions  se sont contractés tant au Sud (-14%) qu’au Nord-Est (-19%), où les transactions d’envergure manquent à l’appel.

Taux de vacance : tir groupé autour de 2,5%
Le   taux   de   vacance   moyen   de   bureaux   à   Paris   se positionne, à la fin du 1er  trimestre 2018, à 2,5%, son plus bas  niveau  depuis  dix  ans.  Seuls  les  secteurs  de  Paris Centre  Ouest (hors  QCA) et Paris  14-15ème  affichent  des taux de vacance légèrement supérieurs à 3%. Le  renouvellement   de   l’offre   neuve   ou   restructurée pourtant conséquent sur la Capitale (380 000 m² en 2017 et 445 000 m² attendus en 2018) ne suffit pas à redonner un peu de souffle au marché, les opérations faisant le plus souvent  l’objet  de  pré-commercialisations.  Cette situation de  pénurie  devrait  encore  perdurer  en  2018  et  2019,  et créer les conditions propices à une remontée des valeurs locatives.

Valeurs locatives : hausse à prévoir
Les  lois  de  l'offre  et  de  la  demande  tirent  les  valeurs locatives de transaction de bureaux à la hausse à Paris : 540  €/m²/an  en  moyenne  pour  des  surfaces  neuves  ou restructurées  et  690  €/m²/an  dans  le  QCA  (+10%  en  un an).   Dans   un   marché   très   nettement   sous-offreur,   la pression sur  les  loyers  des  meilleurs  immeubles  devrait donc subsister et re-calibrer les loyers sur des plus hauts historiques. Notons  aussi   une   poussée des valeurs   locatives   de transactions des bureaux de seconde main; ces surfaces se sont commercialisées sur la base d'une valeur locative moyenne  de  430  €/m²/an  à  Paris  et  même  570  €/m²/an dans le QCA (+8% d'une année sur l'autre). Paris marque ainsi    sa    différence    avec    les    autres    micromarchés franciliens où cette tendance haussière des loyers reste à confirmer.

Source : Cushman & Wakefield

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.