Logement
Point de vue de Anthony Perrat, UneMaisonBleue

Marché immobilier versaillais en berne : la faute aux Parisiens, moins présents

Pourtant prisée par les Parisiens et les investisseurs, Versailles subit un ralentissement de la demande depuis le début de l'année. Anthony Perrat, associé fondateur d'UneMaisonBleue, fait le point sur le marché immobilier de cette ville.

Avec un prix au m² plus abordable (6 000 € en moyenne, soit 2 000 € de moins que dans la capitale) et localisée à quinze minutes de Montparnasse ou de La Défense, Versailles a toujours attiré les Parisiens qui souhaitaient bénéficier d’une plus grande surface, en particulier ceux originaires des 15e, 16e et 17e arrondissements. Ces familles viennent chercher à Versailles une « chambre en plus » qu’elles n’ont pas les moyens de s’offrir à Paris.

Cette dynamique de marché s’était accentuée avec le début de la crise immobilière, il y a trois ans : Paris résistant à la baisse des prix, les acquéreurs en avaient profité pour vendre à bon prix et se reloger à Versailles. Mais la roue a tourné depuis et Paris enregistre également une baisse des prix. Ainsi, le prix moyen au m² est passé de 8 400 € à 8 000 €, soit une perte de 20 000 € sur un bien de
50 m², par exemple. Résultat : les propriétaires parisiens y réfléchissent à deux fois avant de mettre en vente leur bien. Ce qui, par voie de conséquence, entraîne une baisse de la demande sur le marché versaillais.

Les biens « sans défaut » se vendent toujours, même si la durée de commercialisation s’est légèrement allongée. En revanche, il est vrai que les biens immobiliers présentant des inconvénients majeurs, par exemple excentrés ou bien mal distribués, ont de plus grandes difficultés à trouver leurs acheteurs aujourd’hui.

Heureusement, le marché de l'investissement résiste mieux. Versailles reste une ville recherchée par les investisseurs, qu'ils soient Français ou étrangers. Ces derniers sont attirés par un patrimoine culturel et historique mondialement connu et une qualité de vie reconnue grâce aux espaces aérés. De grandes avenues et de nombreux espaces verts diminuent la densité parfois étouffante d'autres grandes villes périphériques à Paris. De plus, Versailles offre un rendement locatif supérieur à Paris.

Avec la présence de nombreuses universités, d’écoles préparatoires et d’écoles d’architecture renommées, Versailles offre un bon rendement aux acquéreurs de petites surfaces dédiées aux étudiants. Prenons l'exemple d'un studio de 25 m² acheté 150 000 €. Sa possible location mensuelle à 550 € (600 €, charges comprises) laisse espérer un rendement locatif de 4,4 %, nettement supérieur donc à ce qui se constate à Paris, pour un bien similaire.