Bureau

Ca balance pas mal à Paris

© Viacheslav Baranov - Fotolia.com

Londres, Oslo, Paris : c’est le tiercé de tête du classement E-REGI qui vient d’être délivré par LaSalle Investment Management et qui mesure la demande immobilière à moyen terme. Première bonne nouvelle : Paris conserve, depuis 2000, sa place dans le top 5 des villes les plus attractives. « C’est grâce à son dynamisme et à sa diversité que le marché immobilier parisien conserve cette position », explique Mahdi Mokrane, directeur recherche & stratégie de LIM. Deuxième bonne nouvelle : Paris s’offre le luxe de grignoter une place cette année, même si l’écart avec Londres est toujours aussi important. « Après Londres, Paris est la seconde ville la plus attractive pour les investisseurs immobiliers internationaux en Europe. Le volume de transactions en immobilier de bureaux, en particulier, y est très important. Nous voyons de solides perspectives à moyen terme pour la demande immobilière et la croissance des loyers, notamment dans les segments de marché où l’offre neuve est faible », ajoute Mahdi Mokrane. Troisième bonne nouvelle : Paris n’est pas toute la France, même s’il faut plonger en 25e position du classement pour tomber sur la région transfrontalière de Bâle-Mulhouse qui gagne, cette année, 6 places. Mauvaise année pour Lyon, en revanche qui, s’inscrivant en 28e place, recule de deux rangs alors même que la Capitale des Gaules signe un solide 1er semestre, avec 250 M€ investis. Contre toute-attente, Marseille-Nice progresse de deux cases en épousant la 40e position.

Ce regain d’intérêt des investisseurs internationaux pour la Capitale française vous sera confirmé, dans quelques jours, par l’édition d’octobre du magazine Business Immo qui sera notamment diffusée à ExpoReal, grande messe de l’investissement. Plus que jamais, la France redevient attractive aux yeux des grands fonds. Mieux. Le « French bashing » semble déjà un mauvais souvenir. En dépit d’un contexte économique complexe, les investisseurs étrangers mettent l’Hexagone tout en haut de leur liste de courses, aux côtés de Londres et des villes allemandes. Avec un atout de taille : on peut, en 2013, faire de bonnes affaires dans la Capitale parisienne, n’en déplaise aux éternels partisans de la langue de bois. Actifs repricés + vendeurs obligés est aujourd’hui une équation qui peut être résolue. D’aucuns voient déjà dans la première acquisition immobilière en France du géant KKR (« Le River Plaza » à Asnières) le début d’un nouveau cycle dans l’investissement hexagonal. Le dernier trimestre 2013 devrait valider cette tendance, avec un score de l’investissement annoncé proche des 15 Mds€.