Commerce

Chronique CNCC : Les Centres commerciaux lorgnent du côté de la franchise

Il n’y a pas si longtemps, on pouvait entendre les franchiseurs se plaindre du peu d’intérêt manifesté par les gestionnaires de centres commerciaux pour ce mode de distribution en particulier lorsque des opportunités de création d’espace commercial se manifestaient. Les arguments de ces derniers tournaient autour de la supposée fragilité financière des franchisés et la plus grande fiabilité sur le long terme des succursalistes.

Aussi les délais d’instruction des dossiers de financement ne permettaient pas aux franchisés d’avoir la réactivité souhaitée par les commercialisateurs des gestionnaires. On doit aussi à la vérité de dire que lorsque des opportunités réelles de bonnes affaires se présentaient les franchiseurs eux-mêmes préféraient se les approprier en succursale, poussés souvent par des commercialisateurs pressés de concrétiser la signature du bail. Les franchisés se plaignaient aussi bien sûr du niveau des loyers et des charges qui leur étaient proposés et qui selon eux rendait l’exploitation très problématique.

Ce qui amène d’ailleurs à se poser plusieurs questions :
Comment un franchiseur exploitant en direct une succursale et employant du personnel salarié, pouvait-il lui supporter les coûts d’exploitation d’un local en centre commercial à la différence du franchisé, entrepreneur individuel alliant pourtant la compétence et la motivation.
L’empilement des droits de préférence et de préemption le bailleur, le franchiseur et désormais parfois la commune ne rend-il pas le banquier, titulaire d’un nantissement, quelque peu frileux voire dubitatif et gageons que cela ne favorise pas la concrétisation rapide des dossiers de financement.
Il faut le reconnaître, la franchise est un système extrêmement puissant et favorable au développement de réseaux et de projets personnels.

Elle apporte aux centres commerciaux une part essentielle de commerçants individuels qui contribuent à sa diversité et à son attractivité commerciale. En cette période de sortie de crise, beaucoup de français sentent que leur avenir dépend d’eux-mêmes, comme le démontre le succès du statut de l’auto-entrepreneur. La franchise est une solution crédible et efficace comme le démontrera sans doute le prochain salon qui lui sera consacré.

A la lumière des conséquences de la crise les centres commerciaux redécouvrent les vertus de la franchise et souhaitent aujourd’hui se tourner davantage vers elle. Les opportunités existent, les loyers se sont parfois assagis, il faut renouer le dialogue et le Conseil National des Centres Commerciaux se déclare prêt  à le favoriser. Souhaitons que dans la juste répartition du gâteau, le franchiseur fasse lui aussi sa part du chemin, en veillant à ménager à son franchisé les ressources nécessaires et suffisantes pour lui assurer une exploitation profitable de son point de vente en centre commercial. 

Le débat est ouvert, pour peu qu’à tous les niveaux, chacun fasse dans la transparence sa part d’autocritique et de remise en question.

Rédactionnel Jean-Michel SILBERSTEIN, Délégué Général du CNCC