Bureau

L'industrie immobilière tient salon

© DR

Et si l'immobilier se vivait enfin comme une industrie ? A l'heure où s'ouvre le Simi, le rendez-vous désormais incontournable de l'immobilier d'entreprise en France, on pourrait se limiter à prendre le pouls du marché et s'interroger sur les perspectives macro et micro-économiques ou gloser à l'infini sur la possibilité d'une sortie de crise. Allons plus loin ! Car, en réalité, l'immobilier d'entreprise vaut mieux que cela. Il est tout simplement un pan oublié de notre économie nationale. Et le Simi doit être tout autant cette piqure de rappel pédagogique à des décideurs publics, souvent ignorants du poids économique de ce secteur (20 % du PIB) qu'un encouragement à des professionnels de se vivre (et de s'assumer) comme une industrie à part entière.

Oui, l'immobilier peut-être autre chose que le logement, et notamment social qui reste trop souvent le seul prisme des responsables politiques. L'immobilier d'entreprise est de plus en plus un outil au service des utilisateurs où les nouveaux concepts ne sont plus l'apanage de tel ou tel segment d'actifs. Il en va ainsi du bureau qui entame une profonde mutation pour répondre aux nouveaux enjeux du bien-être au travail, comme en témoigne le dernier opus de notre magazine. Et l'on s'aperçoit que l'immobilier peut devenir un élément d'attractivité d'une entreprise.

Non, l'immobilier n'est pas que le symbole de la rente, mais une véritable industrie de projets qui génère de l'emploi direct, indirect et induit. Un projet de bureau, de centre commercial, d'hôtel ou de plate-forme logistique est souvent le catalyseur de toutes ces énergies et savoirs-faire, qui parfois transcende même les divergences politiques au nom de l'attractivité (ou du sauvetage) d'un territoire.

Oui, l'immobilier peut être un secteur innovant, par exemple dans le domaine de la transition énergétique, où il peut être (où il doit être) la tête de pont d'une économie verte. Les promoteurs ont réussi au-delà de toutes les espérances à prendre le virage de l'immobilier durable dans le neuf. Certes, sous la contrainte réglementaire. Mais, on ne peut manquer d'imaginer le potentiel de création de valeur sur le parc existant. Et encore plus si l'on étend le champ d'expérimentation au quartier, voire à la ville.

Non, l'immobilier ne saurait se résumer qu'à la spéculation, mais doit être considéré comme un support naturel d'une large partie de l'épargne des Français... et des autres. Les politiques restent dans le déni des fonds de pension, mais les Français, en se précipitant notamment sur la pierre papier, ont bien compris que la solidarité nationale ne suffirait pas à assurer leur retraite, ni leur procurer un matelas de sécurité.

Peut-être ont-ils tout simplement compris, eux, que l'industrie immobilière est un formidable gisement de croissance.

Mots-clés : Simi