Bureau

Du poids de l’industrie immobilière et de la nécessité d’en dédier un ministère

Calculer le poids de l’immobilier d’entreprise dans l’économie française et francilienne est un exercice aussi inédit que périlleux. Qu’à cela ne tienne, l’Orie (observatoire de l’immobilier d’entreprise en Ile-de-France), qui vient de tenir son 24e colloque, s’est essayé à une double approche de l’immobilier d’entreprise, physique pour évaluer le parc en surface et en valeur, et macro-économique pour en projeter les effets au niveau de l’emploi et de la création de richesse pour l’économie nationale.
Qu’en retenir ? Ce qui frappe à la première lecture, c’est le poids conséquent et croissant de l’immobilier d’entreprise dans l’aménagement du territoire. Plus de 200 millions de m² ont été produits en bureaux, commerces et entrepôts logistiques au cours de ces dix dernières années, portant le parc banalisé à 340 millions de m² en France et 73,5 millions de m² en Ile-de-France, révèle l’étude menée par Christian de Kerangal, directeur général délégué de Crédit Foncier Immobilier. Signe de la tertiarisation de la région capitale : 30 % des bureaux construits depuis 1999 sont localisés en Ile-de-France, portant le parc à quelque 50 millions de m². Une profondeur de marché qui attire de nombreux investisseurs internationaux, comme en témoignaient Olivier Piani, patron monde d’Allianz Real Estate, et Christian Delaire, directeur général d’AEW Europe, lors du colloque ULI/Business Immo sur l’attractivité de la France.
Sur le plan financier, l’étude de l’Orie estime à 620 Mds€ la valeur du patrimoine français en immobilier d’entreprise banalisé. C’est 32 % du PIB national et 4 % de la richesse nationale avec 70 Mds€ de valeur ajoutée. A titre de comparaison, l’ensemble de la branche immobilière, c’est-à-dire intégrant le logement, est tout simplement le 1er créateur de richesse nationale (343 Mds€ soit 20 %) devant les services aux entreprises. En Ile-de-France, c’est le deuxième moteur de l’économie avec 86,5 Mds€ de valeur ajoutée, un parc en immobilier d’entreprise représentant 6 % de la richesse régionale (30 Mds€ de valeur ajoutée). Enfin, en termes d’emplois, l’immobilier d’entreprise, c’est 450 000 emplois privés en France, dont 115 000 en Ile-de-France.
Cette avalanche de chiffres pour montrer le poids indéniable de l’immobilier en général, et d’entreprise en particulier. Des chiffres qui sonnent toutefois creux tant le politique semble en mal de réponse. Car enfin, traiter un tiers de son PIB par la petite lorgnette du logement social ou le seul prisme de la fiscalité relève au mieux de la myopie, ou pire de l’aveuglement. A quand un ministère de l’industrie immobilière ?