Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Point de vue de Benoît Perrot, cofondateur d’Aktis Partners et de Kize.immo

« Le monde d’après » : de nouveaux usages immobiliers qui s’inscriront dans la durée

© Frank Boston / Fotolia

L’immobilier est le deuxième poste des coûts d’une entreprise, et il est probablement le plus important dans la crise majeure que la France vit actuellement. Les quatre premières semaines de confinement remodèlent déjà les usages de l’immobilier d’entreprise, et tout porte à croire que ces changements sont prêts à s’installer durablement.

Réinventer sa stratégie immobilière

La crise économique que nous vivons, en France et à l’international, va durer plusieurs années. Après la gestion de l’urgence, nous voici dans l’organisation du monde de demain.

Avoir une vision de l’économie, du business de l’immobilier et du management nous oblige à dessiner plusieurs scenarii à mettre en œuvre devant chaque situation qui se présentera. Ces scenarii passeront par la mise en œuvre d’une nouvelle politique immobilière, à coûts réduits, plus fluide, moins contrainte et plus humaine.

Le nouveau management se devra d’être plus respectueux des règles sanitaires avec de nouvelles réglementations, plus connecté et plus recentré. 

L’occasion rêvée pour l’entreprise de remettre une âme au sein de ses équipes, de recréer du lien et de faire bloc. Il y a fort à parier que les espaces de travail se repartageront ainsi entre le bureau et la maison, au détriment des tiers lieux.

L’entreprise reprend le pouvoir sur les espaces

Avec cette nouvelle donne, le coworking révèle ses limites et sera très probablement remplacé par le télétravail que nous pratiquons à 200 % en cette période exceptionnelle.

Les espaces de coworking arrivent au bout de leurs modèles – avec des promesses non tenues – alors qu’ils ne sont pas encore rentables : la densification ne parvient pas à respecter les règles d’hygiène de base, le sentiment d’appartenance à l’employeur est inexistant, le coût y est élevé et, pour certaines grandes marques, le service client n’est pas à la hauteur… malgré le prix de ces espaces.

En revanche, le télétravail mis en place actuellement décomplexifie la visualisation de ses espaces privés, permet à chacun d’afficher sa personnalité, crée une bonne harmonie et une organisation d’une très grande efficacité.

Ce mode de travail a l’avantage de développer plusieurs vertus telles que l’autonomie, la rigueur, la concentration, la créativité, mais aussi de permettre un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle (vie de famille, sport…), le développement des régions et des économies significatives pour l’entreprise.

Les gains financiers partagés entre le salarié et l’entreprise

Historiquement, une entreprise définissait son budget immobilier par un ratio/m2/masse salariale, puis par un coût/employé. Demain, ce calcul passera par le présentiel et une participation au coût de télétravail.

Demain, le télétravail pourra représenter 50 % du temps pour certaines fonctions. L’entreprise pourra alors participer à l’abonnement web du salarié et lui proposer un package mobilier adapté ainsi qu’une participation au loyer. Les formations s’effectueront via des webinars, les réunions commerciales ou internes par visio, etc.

L’économie générée sur l’immobilier pourra atteindre des proportions importantes, peut être jusqu’à 50 % pour certaines d’entre elles. Nous pouvons donc espérer que cette crise permettra d’intégrer naturellement les codes des jeunes générations découvrant le monde de l’entreprise et de repenser les espaces tant au sein des bureaux que chez soi.

Mots-clés : Covid-19

En partenariat avec BureauxLocaux, 1er site d'annonces immobilières de bureaux, coworking, commerces et entrepôts.