Le double effet Duo

Le marché des bureaux signe un premier trimestre plus qu’encourageant à la lecture des statistiques du GIE Immostat. La demande placée décolle de 27 % au premier trimestre en Ile-de-France, à 663 000 m2, avec trois grandes tendances qui se confirment une fois encore : une dynamique des grandes transactions (qui représente la moitié de la demande placée), une hyper concentration sur Paris et une prime aux immeubles neufs et restructurés.

Une transaction symbolise à elle-seule l’évolution du marché tertiaire : les tours Duo. Une opération hors-norme par sa taille -  90 000 m2 - ce qui vient d’ailleurs quelque peu fausser les statistiques -. Une opération hors-norme également par son calendrier, justifiant d’une pré-commercialisation près de quatre ans avant sa livraison. Dans sa communication, le futur locataire des lieux Natixis a justifié sa décision avec l’argument de l’attraction et de la rétention des talents. Signe de la volonté grandissante des utilisateurs d’offrir le cadre de travail le plus efficient à défaut d’être le plus économique.

Cette transaction de l’année dénote aussi par son emplacement. Certes, nous sommes à Paris, qui concentre la moitié des transactions, mais pas dans le sacro-saint QCA qui fixe l’essentiel de la demande et de la valeur. Un micro-marché qui peut se résumer facilement en deux chiffres clés. 91 000 m2 :  c’est la demande placée au 1er trimestre sur ce secteur convoité. Et 230 000 m2, le chiffre de l’offre disponible qui contraint mécaniquement la vigueur du take-up parisien.

Cette appétence des entreprises pour le cœur de la Capitale ne se retrouve pas dans les valeurs locatives de marché, étonnamment stables alors que le rapport de forces a clairement basculé en faveur des bailleurs, mais clairement dans les valeurs vénales. Elles ont même été le principal moteur de la performance des bureaux dans le QCA qui a encore dépassé les 10% en 2016 selon l’indice IPD France Annual Property de MSCI. Une inflation qui inquiète les autorités de régulation, mais qui éloigne surtout les investisseurs domestiques de l’hyper-centre parisien. D’ailleurs le premier trimestre 2017 témoigne d’un retour marqué des investisseurs internationaux, lesquels représentent plus de la moitié des 2,3 Mds€ investis en Ile-de-France à l’issue du 1er trimestre 2017.

Mots-clés : Duo, MSCI, Natixis, ImmoStat