Paris Retail Week : des solutions pour l’immobilier commercial 

© D.R.

Près de 30 000 professionnels du secteur retail et e-commerce se sont pressés au Salon Paris Retail Week cette année. Mais qu'en est-il de la pertinence de cet événement pour les acteurs de l'immobilier commercial ? Malheureux sont ceux qui n'ont pas vu un intérêt à venir côtoyer les start-up et les innovations qui y ont été présentées.

En effet, nombre d'entre elles pourraient aider à régler plusieurs problématiques qui se posent actuellement au commerce physique. Il existe notamment des solutions pour dynamiser les points de vente souffrant parfois de situations géographiques complexes et de la forte concurrence du e-commerce. Ces solutions sont de plusieurs types.

Animation du parcours clients 

La venue en magasin est plus que jamais tributaire de la pérennité du point de vente.
Certains services et petites attentions peuvent constituer de petits facteurs de visite. Bubbles, par exemple, qui propose de recharger son smartphone de manière sécurisée tout en poursuivant son shopping.

Et pour certains magasins qui peinent à déployer tout leur stock sur place, des solutions de visualisation augmentée viennent accompagner le parcours client. Il s’agit par exemple des hologrammes 3D ou 4D proposés par Keyveo. Le produit est ainsi présenté sous toutes ses formes en étant projeté dans l’espace de la pièce. 

Il y a aussi les projections de lumières sur les produits permettant par exemple de présenter toutes les couleurs ou matières d’un article sans les avoir toutes sur place. C’est ce que SmartPixels est venu présenter sur le salon. Mais la venue en magasin peut aussi être provoquée par le gaming. C’est ce que propose Zeez qui se place comme le Pokémon Go des marques. Un jeu de piste vers des bons plans et des offres est proposé aux clients qui doivent venir jusqu’au magasin pour passer à la prochaine étape du jeu. 

Informations produits

Pour satisfaire l’ensemble des demandes des clients d’un magasin, des informations peuvent être communiquées directement par des chatbots. Clustaar propose cette expérience de robots conversationnels qui permettent aux retailers d’offrir des réponses précises à leurs clients et de faciliter leur parcours en magasin. Ainsi, même si tous les vendeurs sont pris, le client peut obtenir des informations sur les produits qui l’intéressent.

Analyse du point de vente

Afin de comprendre le fonctionnement d’un point de vente, des technologies à base de caméras se multiplient. Celles de IVstore ou de Dencity proposent de révolutionner le comptage client traditionnel. En plus de pouvoir compter en temps réel le nombre de visiteurs sur un point de vente, elles permettent de qualifier les clients et de produire des statistiques par zone. Le comportement du client est alors analysé finement afin de connaître à quels endroits du magasin se trouvent des zones chaudes ou froides, et par extension quels segments de produits sont attractifs ou non. Ces données peuvent ensuite être recoupées avec celles des encaissements pour tirer des conclusions et adapter son point de vente au fonctionnement des clients.

Gestion des stocks et de la sécurité

Recouper ses ventes et son stock n’a jamais été aussi simple avec des solutions comme Check Point qui permettent en temps réel de connaître son stock et les produits vendus. Le fameux inventaire toujours fastidieux est ainsi bien plus simple avec ces étiquettes intelligentes.
Et ces étiquettes sont également des antivols efficaces qui permettent ainsi à un vendeur même seul dans le point de vente de se concentrer sur les conseils au client plutôt qu’à la surveillance du vol.

Gestion des livraisons au client

Pour les commerçants indépendants qui ne bénéficient pas de la logistique des grands groupes, des entreprises comme Sympl proposent de s’occuper à la fois de l’emballage puis de la livraison à partir d’un accès au stock disponible. Un commerçant qui hésite à se lancer en e-commerce de peur de ne pas avoir le temps de s’occuper de son magasin physique et de son magasin en ligne peut donc se rassurer. Ces solutions permettent de gérer les ventes générées en e-commerce autant que celles vendues en magasin puis livrées au client.

Communication envers le client

Même lorsque le commerce est fermé, les vitrines animées Activescreen donnent des informations sur le point de vente 24h/24h. Sur certaines versions évoluées, le client peut même acheter en étant envoyé sur le site e-commerce du magasin. 

Des applications locales permettent également de pusher de la promotion à ses clients en temps réel. C’est ce que permet Dilit aux commerçants qui souhaitent communiquer avec leurs clients à travers cette application et les informer de leur actualité. Cette application ne fonctionne que pour les clients se trouvant à courte distance du magasin et ainsi favoriser leur venue.

Communiquer envers le client c’est aussi faire du social to store tout en maîtrisant globalement sa communication. C’est ce que s’attache à faire Ubiq, en proposant une solution de gestion globale de la communication client sur les réseaux sociaux. La cohérence des messages et l’image de marque restent ainsi intactes même sur un réseau de franchises.

Dématérialisation du paiement

Nous en parlons depuis quelques années à travers les initiatives d’enseignes comme The Case : la disparition de la fameuse caisse en sortie de magasin. Cela devient une réalité avec les dernières évolutions de Rayonnance Technology et des caisses 100 % mobiles qui se présentent comme un terminal de paiement augmenté et mobile avec le vendeur. La disparition de la caisse c’est aussi repenser totalement le surface de vente et sa hiérarchisation. En complément, le paiement mobile se développe rapidement. Les solutions globales telles que Nepting ou Lyfpay, plus BtoC, favorisent la fluidité du paiement et constituent un moyen d’obtenir des informations du client et de constituer le lien.

Robot et IA

À chaque salon sa démonstration de robot. Quand on observe à quel point les professionnels sont fascinés par les robots, on peut imaginer l’impact que cela peut avoir sur des clients.
Cette année, Hease a présenté son robot Easy dont une version est proposée à 1 000 €/mois, tandis que Pepper de SoftBank est toujours présent pour 500 €/mois avec engagement de 60 mois. Les développements de logiciels sont toujours plus conséquents, l’objectif est à présent un paramétrage simple permettant aux retailers de personnaliser chaque robot. Ces robots pourront ainsi accompagner une partie du parcours client et donner des informations simples aux visiteurs.

Évidemment, toutes ces solutions pourraient être déployées sur des centres-ville, des centres commerciaux ou des réseaux d’enseignes. Au Paris Retail Week, on a bien ressenti que la préoccupation des start-up n’était pas seulement les grands groupes mais aussi les indépendants et le commerce en ville. Sur ce dernier segment, ces solutions pourraient les aider à retrouver de l’attractivité.