L’IA débarque dans l’immobilier réel

© Fotolia phonlamaiphoto

L’intelligence artificielle a définitivement quitté le monde de la science-fiction pour basculer dans celui de la réalité. Les start-ups françaises de retour du Consumer Electronic Show de Las Vegas peuvent en témoigner : l’IA aura été le grand marqueur de cette édition. En France, également, les esprits s’échauffent autour de cette dynamique. A l’affiche du tout dernier « Grand Rendez-Vous de la logistique d’Afilog », les impacts de l’intelligence artificielle sur la supply-chain et l’entrepôt sont tout simplement colossaux. Imaginez donc… Rien que pendant la journée des célibataires d’Alibaba, une opération marketing à l’instar du Black Friday, c’est l’équivalent de 17,8 Mds$ de ventes qui sont enregistrés en 24 heures, de 120 000 paiements chaque seconde, de 175 000 commandes par seconde et de 600 millions de colis sur 5 000 entrepôts qui sont dispatchés… « Tous les maillons de la supply-chain – vente, optimisation, livraison… - sont impactés. Le retail se réinvente jusqu’à l’ultime grâce à l’intelligence artificielle », relève Patrick Remords, directeur supply-chain consulting chez JLL. Il se réinvente grâce aux neuf grandes innovations combinées à l’IA qui changent la donne : capteurs, big data, robotisation, analyse prédictive, mobilité, drones et véhicules autonomes, impression 3 D, blockchain et IOT. Et l’immobilier dans tout cela ? « L’immobilier doit devenir mobile », renchérit Patrick Remords. Pour savoir de quoi les entrepôts et la supply-chain de demain seront faits, il suffit de se pencher sur le cas Amazon. Entre stratégie d’implantation à trois bandes (full-filment center, consolidation et last mile) et dépôts de brevets dans tous les sens (de l’imprimante 3 D au dirigeable volant), le pure-player e-commerce donne incontestablement le La. Suivre la stratégie immobilière d’Amazon revient à dessiner les contours de l’entrepôt du futur ou plutôt des entrepôts du futur tant le champ des possibles est grand entre la petite consigne et le campus logistique. Cet entrepôt, il ressemblera - en tout cas - plus à une véritable usine de production de commandes qu’à une banale plate-forme de stockage. Le sujet est saillant pour un investisseur immobilier dont le cœur de métier consiste à détenir des bâtiments standardisés, avec des locataires successifs donc des vies successives. Que faire alors des bâtiments Amazon quand Amazon sera parti ? Mais plus important encore, Amazon aura-t-il encore, demain, besoin des acteurs immobiliers ?

Business Immo