Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Point de vue de Filippo Rean, Reed MIDEM

La smart city : qui va en tirer la valeur ?

© j-mel / Fotolia

Les zones urbaines ne cessent de croître et d'évoluer en même temps que les attentes de leurs habitants pour une meilleure qualité de vie, de meilleurs services et infrastructures.

La promesse de la ville intelligente, c’est celle de la ville connectée au bénéfice aussi bien des citoyens, des autorités publiques que des entreprises privées. Elle doit être le fruit de la convergence de nombreuses données issues de sources très diversifiées. Grâce à la technologie, les villes peuvent tendre vers plus d’efficacité et mieux répondre aux besoins des habitants.

Depuis quelques années, le marché de la smart city est devenu une vraie réalité. La connectivité omniprésente, grâce à l’internet des objets, permet de transformer enfin la masse de données en informations exploitables et de gérer ainsi, de manière plus efficace et plus durable, les problématiques autour de l’énergie, des déchets, de l’eau, des infrastructures publiques, sportives et culturelles... Dans ce domaine, on peut citer les initiatives de start-up comme Vu.City qui propose de cartographier des données pour mieux les comprendre, ou encore Kel Quartier qui aide les acheteurs à cibler le quartier qui correspond le mieux à leurs critères.

L’exploitation des données dans la ville devrait permettre, à terme, de fluidifier la circulation en gérant de manière globale tous les moyens de transport disponibles et les proposer en temps réel aux habitants. Elle sera ainsi la base pour la mise en place de véhicules autonomes dans la ville.

La technologie dans la ville renforce également la démocratie participative en permettant de favoriser les interactions entre les autorités locales et les citoyens, mais aussi avec toutes les autres organisations publiques (médicales, enseignement, entreprises…) et donc mieux répondre aux aspirations des habitants. C’est ce que propose par exemple la société française Spallian, qui développe une solution de citoyenneté connectée.

Ces sujets concernent toutes les grandes métropoles internationales et seront discutés dans le programme de conférences du Mipim PropTech Europe, avec des invités prestigieux tels que Carrie Lam, cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Aaron Renn du Manhattan Institute for Policy Research, un institut de recherche américain dont la mission est de développer et de diffuser de nouvelles idées autour de la politique de la ville, et Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris.

Du côté des entreprises, les nouvelles technologies ouvrent énormément d’opportunités de développement de nouvelles activités, notamment pour les sociétés technologiques dans le big data, l’internet des objets, l’intelligence artificielle et même les robots avec les véhicules autonomes. À l’image de ce qui se passe dans le secteur de l’immobilier, elle va faire émerger de nouveaux métiers et de nouvelles compétences.

Business Immo
  • Personnes citées

    Jean-Louis MISSIKA

    Adjoint chargé de l’urbanisme, de l’architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité

    PARIS

  • Sociétés citées

    PARIS

    PARIS RP

    MIPIM

    BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX