Logistique

« Une année logistique 2009 résistante » - Jean-Claude Bossez, Président d'Afilog

« Dans un contexte économique inédit, cette année logistique 2009 dispose d’une réelle capacité de résistance aux effets de la crise. »

« Permettez-moi d’adresser à toute la communauté logistique, qu’il s’agisse de la partie immobilière ou celle de la supply-chain, tous mes vœux les plus chaleureux, en tentant lucidement d’esquisser quelques perspectives 2009.

Au-delà d’un ressenti empreint d’un fort pessimisme dans lequel nous sommes plongés depuis quelques mois, je vous invite à porter un regard vers des éléments positifs et par là même constater des situations heureusement correctives :

Les insuffisances comme les dysfonctionnements constatés en matière de transports et d’activités portuaires devront entraîner des mesures de substitution et de soutien favorisant des secteurs de la filière logistique.

De nouveaux modes de consommation émergent, plus réfléchis, plus économes, plus durables, moteurs de croissance de l’e-commerce et du hard discount. Par ailleurs, un comportement des consommateurs favorables au recentrage d’une vie commerciale de cité plutôt qu’à la périphérie aura des conséquences logistiques : nouveaux schémas et réseaux de distribution, nouvelles implantations logistiques.

Le secteur bancaire va revenir sur sa fonction principale, après des années d’égarement : le financement des entreprises. Conséquences logistiques : la réalisation de projets s’inscrivant dans une politique de relance par l’investissement.

L’interventionnisme public, sans sombrer dans le protectionnisme, calqué sur le modèle keynesien, pourrait marquer la fin du « laisser-faire » libéral et redevenir un facteur de compétitivité nationale, en créant une politique nouvelle et des instruments nouveaux pour adapter et contrôler le jeu des forces économiques. Conséquences logistiques : les échanges mondiaux continueront mais seront plus encadrés. Les secteurs dynamiques tels que la logistique, seront favorisés par l’Etat, permettant relocalisations et créations d’emplois.

Le développement durable est désormais imprimé dans le comportement des concitoyens consommateurs qui sont aussi sensibles à leurs économies qu’à leur bilan carbone. Conséquences logistiques : les opérations seront toutes désormais incorporées dans une logique de développement durable.

De retour à un monde où les effets pervers d’une surabondance incontrôlée seront modifiés – parfois très douloureusement – on peut espérer que les métiers de la logistique, avec leur souci constant de méthode et de rationalisation, oeuvreront dans un univers qui saluera leur place désormais stratégique prise au sein de l’économie mondiale ».

Mots-clés : Jean-Claude Bossez, Afilog