Territoires

Et si c'était la prochaine martingale ?

Le projet "Villages Nature". © DR

Vous avez participé à la ruée sur le commerce ? Vous avez vécu la course sur la logistique ? Il vous faudra désormais goûter à l'expérience loisirs. Au panthéon de l'investissement alternatif, l'hôtellerie-loisirs - même si la sémantique devrait bientôt se scinder en deux classes indépendantes d'actifs -, grignote irrésistiblement des parts de marché.

A côté du big band de l'investissement hôtelier orchestré notamment par le groupe Accor, un autre évènement majeur accrédite depuis peu cette thèse : le financement de Villages Nature, la future grande destination éco-touristique d'Europe portée, depuis une décennie déjà, par Pierre et Vacances Center Parcs et Disney sur les terres de Marne-La-Vallée. Et qui, après 7 enquêtes publiques, 20 permis de construire "sans recours", entre désormais dans sa phase opérationnelle pour une livraison au mieux au printemps 2016. A la manoeuvre : Eurosic 36.15€ | -0.96%  dont le management s'y connaît un peu en matière d'hôtellerie. La foncière côtée a fédéré autour d'elle un pool d'investisseurs institutionnels - Caisse des Dépôts, CNP et un OPCI géré par BNP Paribas REIM. "Des partenaires solides qui raisonnent à long terme", insiste Gérard Brémond, le patron de Pierre & Vacances Center Parcs.

Eurosic, qui a décidément un agenda bien chargé avec le rachat de la participation de Realia dans SIIC de Paris, investit à double titre. Au niveau de la première tranche de l'hébergement qui représente 916 cottages et appartements (dont 220 sont d'ores et déjà pré-commercialisés selon le business model éprouvé cher à Pierre & Vacances). Mais aussi, plus original, au niveau des équipements récréatifs (l'Aqualagon chauffé grâce à la géothermie, une ferme interactive...) dans lesquels le pool d'investisseurs injecte la bagatelle de 190 M€. Un mix entre des "revenus sécurisés sur le long terme pour la partie équipements et des rendements plus attractifs à court terme sur la partie hébergement", détaille-t-on chez Eurosic.

Un business model, en tout cas, qui pourrait - devrait ? - donner des idées à d'autres. Et si l'immobilier de loisirs était, comme l'a été le commerce au cours des dernières années, la prochaine martingale ?