Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Santé 1 – Immobilier 0

Santé 1 – Immobilier 0 © DR

Pas de surprise à l’issue de l’antépénultième conférence de presse sur la situation sanitaire. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a perdu ses arbitrages face à son collègue de la santé, Olivier Véran, et Jean Castex. La santé publique prime pour le Premier ministre, sensibilisé à la question pour avoir participé en son temps aux plans Hôpital 2007 et 2012 censés moderniser l’offre de soins.

Pas de surprise donc pour les commerçants qui espéraient rouvrir le rideau le 27 novembre prochain, premier jour du Black Friday, et qui se voient proposer un espoir de réouverture au mieux le 1er décembre. Bars et restaurants resteront confinés jusqu’à nouvel ordre. On a du mal à imaginer comment la plupart d’entre eux vont s’en sortir. En guise de compensation, l’exécutif a consenti à renforcer à 50 % le taux du crédit d’impôt aux bailleurs qui n’enverront pas leur quittance de loyer de novembre, toujours en conservant la jauge des 250 salariés et en limitant son application aux commerces fermés administrativement. Le gouvernement n’a pas (encore ?) été jusqu’à étendre le fonds de solidarité à la question des loyers. Pas plus qu’il n’a jugé bon d’élargir le crédit d’impôt aux autres locataires, commerçants, hôteliers ou entreprises, victimes collatérales du reconfinement.

Pas de considération non plus pour le logement. L’appel coordonné des agents immobiliers à autoriser les visites n’a pas été entendu. En bloquant le premier maillon de la chaîne immobilière, c’est toute une filière qui est mise à l’arrêt. Bien sûr, cela va peser sur la pérennité de nombreux acteurs privés, mais aussi sur les finances publiques locales. Anne Hidalgo l’a immédiatement perçu. La maire de Paris, qui devrait perdre 150 M€ de droits de mutation en 2020, propose une augmentation du plafond des taux des DMTO (droits de mutation à titre onéreux) de 4,5 à 4,8 %. Dans le monde d’après, on réagit avec les recettes d’avant : quand l’assiette fiscale se réduit, on augmente le taux au risque de congestionner l’activité.

Plus inquiétant, c’est le monde du logement qui n’est pas écouté par le gouvernement. Les atermoiements autour de la prolongation d’un an du dispositif Pinel en sont une illustration. Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du logement, a dû intervenir sur BFM en pompier de service pour éteindre l’incendie que sa majorité avait allumé. « L’immobilier est la bête noire de ce quinquennat », s’agace Danielle Dubrac, présidente de l’Unis. Elle verbalise un ressentiment de plus en plus partagé par une filière dont on se plaît à oublier qu’elle représente plus de 10 % du PIB et plus de 2 millions d’emplois.

Au-delà des préoccupations sectorielles, les acteurs économiques n’ont toujours pas plus de visibilité. La Bourse a acheté le seul espoir qu’il leur reste : un vaccin. À raison d’ailleurs, car si le confinement est efficace sur le plan sanitaire, il est mortifère pour l’économie.

Business Immo
  • Personnes citées

    Anne Hidalgo

    Maire de Paris

    Mairie de Paris

    Bruno Le Maire

    Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance

    Ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance

    Danielle Dubrac

    Présidente

    Union des Syndicats de l'Immobilier

    Emmanuelle Wargon

    Ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement

    Ministère de la Transition Écologique

    Olivier Véran

    Ministre des Solidarités et de la Santé

    Ministère des Solidarités et de la Santé

    Jean Castex

    Premier ministre

    Premier ministre - Hôtel Matignon