Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Olivier Estève, Foncière des Régions, et Arnaud Violette, Colliers International France

"Pourquoi Foncière des Régions lance sa ligne de coworking"

La stratégie coworking de Foncière des Régions est fin prête. À l’aide de Colliers, distingué à l’issue d’un appel d’offres, la foncière est sur le point de déployer son réseau dans toute la France. Avec une marque forte et des ambitions qui le sont tout autant. Interview croisée entre Olivier Estève, directeur général délégué de Foncière des Régions, et Arnaud Violette, directeur général du pôle business développement au sein de Colliers International France.

aaeaaqaaaaaaaalkaaaajgnjzmjmnjk0ltmyyjmtndmxnc05mjvilwu0zdbhmwziytcxoq.jpg Arnaud Violette © DR
vue-1_3-calypso_cam_03_sun2.jpg © Foncière des Régions, Colliers International France, Agence
in interiors : Pourquoi lancer une offre de coworking maintenant alors que le marché semble pléthorique ?
Olivier Estève : En tant que partenaire historique des grands comptes, Foncière des Régions 84.85€ | -1.23% 85.12€ | -0.92%  est idéalement positionnée pour les accompagner dans leurs réflexions sur l’évolution de l’environnement de travail. Or, nous ressentons de leur part une exigence accrue autour de deux enjeux immobiliers clés : flexibilité et services. C’est à partir de ce double postulat de départ que nous avons construit notre propre ligne de coworking et de flex office assortie d’une offre de services qui va s’organiser autour d’une communauté. Foncière des Régions a souhaité lancer sa marque propre à la fois pour garder le lien direct avec ses clients, maîtriser ce nouvel outil qu’est le coworking et mutualiser son savoir-faire d’acteur de ces évolutions immobilières.
Arnaud Violette : Depuis deux ans environ, un mouvement charnière se fait jour dans les entreprises et leur environnement de travail. Avec deux objectifs : accroître la transversalité entre les collaborateurs et réduire le coût immobilier. En deux ans, nous avons assisté à un basculement du sujet du coût à celui de l’expérience utilisateur qui arrive désormais en tête de bien des préoccupations des utilisateurs.
ii : Quels sont les contours de l’offensive coworking de Foncière des Régions ?
OE : Cette offre de coworking dont le nom sera dévoilé en janvier 2018 s’exercera à trois niveaux : sur les immeubles en cours de développement (avec deux ouvertures en 2017 et quatre en 2018), sur le patrimoine existant au moment des renouvellements de baux mais aussi en cours de bail, ce qui est plus nouveau. En effet, notre posture de propriétaire nous incite à réfléchir avec nos clients sur un modèle agile qui leur permettrait de rendre des mètres carrés contre un allongement de la durée de bail.
Dans les immeubles en cours de développement, le ratio de surfaces affectées au coworking oscillera entre 2 000 et 5 000 m2 et représentera au moins 25 % de la surface globale. Ce ratio peut même aller jusqu’à 80 % comme dans l’ensemble Delcassé, à Paris. La particularité de l'offre de Foncière des Régions réside dans une proposition mixte entre coworking et bureaux classiques avec la possibilité de mixer les deux, ce qui correspond à une demande forte des grandes entreprises. Grâce à ce nouvel outil, nous sommes également en mesure d’adresser une nouvelle clientèle : les TPE/PME.
AV : Depuis trois ans et le lancement des premiers espaces, nous disposons maintenant d’un bon retour d’expériences qui nous permet de séparer le bon grain de l’ivraie. La dynamique impulsée par Foncière des Régions est celle d’un coworking 3.0 en totale évolution. À la fois acteur de l’immobilier et fin connaisseur des besoins des utilisateurs, Colliers accompagnera Foncière des Régions dans le déploiement de son réseau de coworking en France.
ii : Quels sont les grands principes d’aménagement de cette offre ?
OE : Le principe fondateur de cet aménagement est celui de la non-standardisation des modèles. Chaque espace sera différent mais s’articulera autour de cinq briques : coworking, flex office, suite office, innovation & projet et lounge doté d’un barista. Une expérience différente à chaque fois avec cinq points de repères récurrents.
AV : Chaque aménagement sera différent car chaque immeuble est unique tout comme l’est son environnement économique et social. Nous avons voulu éviter le copier-coller et souhaitons que chaque espace soit inscrit dans son tissu local mais aussi dans son histoire et dans celle des entreprises qui les utilisent. Nous devons travailler avec les spécificités des entreprises et réconcilier l’usager avec l’espace. Un fil rouge reste incontournable : le mobilier et le design, véritables marqueurs dans l’aménagement.
: Quelle est la suite de cette histoire commune ?
OE : La suite de l’histoire réside maintenant dans notre capacité à animer ces lieux en créant des communautés qui proposent des services classiques et des services à forte valeur ajoutée. Les entreprises attendent beaucoup de l’expérience. D’ici 2020, nous tablons entre 10 et 20 sites avec l’ambition d’essaimer en Italie et en Allemagne. Et nous comptons beaucoup sur la contribution de la branche hôtellerie, Foncière des Murs 28.60€ | -1.18% 28.74€ | -0.69% , pour nous livrer des sources d’inspirations.
AV : Avec Foncière des Régions, nous avons une courbe d’apprentissage commune en matière de coworking. Nous avons mis sur pied une équipe de six personnes qui travaillent sur le déploiement du réseau de coworking. Et nous allons mesurer la satisfaction des clients au fur et à mesure des implantations.

 

En partenariat avec BureauxLocaux, 1er site d'annonces immobilières de bureaux, coworking, commerces et entrepôts.

Business Immo