Logistique

Livraison spéciale pour quartier d’affaires

Dans une tour de bureaux de 40 étages, la livraison (de papier, cartouches d’imprimante, colis Amazon des salariés…) est un casse-tête pour les spécialistes de la distribution urbaine, car particulièrement chronophage, et donc coûteuse.

A Shinjuku, principal business district de la capitale nippone, une solution originale a été trouvée. C’est la Shinjuku Matenro Staff ou « équipe des gratte-ciels », opérationnelle depuis presque 10 ans. Née de la volonté de l’association de transporteurs de Shinjuku (« Shinjuku Land Transport Business Association »), cette initiative est un modèle de logistique collaborative.

Dans ce haut lieu des affaires, abritant le siège de nombreuses grandes sociétés (Epson, Olympus, Fujitsu, JR) ainsi que des grands magasins (Isetan, Keiō, Marui, Mitsukoshi), des cinémas, restaurants, bars, hôtels internationaux (comme le Park Hyatt, lieu mythique scène du film Lost in Translation), une livraison « normale » prend 20 à 30 minutes. Un niveau de productivité difficilement acceptable au Japon, où la livraison d’un konbini (convenience stores) dure en moyenne 2 à 3 minutes.

Le principe de la Shinjuku Matenro Staff est une livraison mutualisée depuis un centre de distribution de 330 m² situé à environ 10 minutes du secteur cible. Depuis ce centre où ils sont triés selon leur destination finale, les colis sont livrés à l’aide de 7 véhicules roulant au gaz naturel dans les immeubles de bureaux de Shinjuku West, par une équipe de 10 livreurs. La conduite des véhicules d’une part, et le tri et livraison d’autre part, sont des fonctions bien séparées permettant aux équipes une spécialisation accrue, gage de qualité. Le chauffeur ne descend pas de son véhicule pour participer à la livraison, et le livreur ne conduit pas. A la fin de la livraison dans la ou les tours qui lui sont « attribuées », le livreur rentre à pied au centre de distribution où il prépare la tournée suivante.

Le service « Morning 10 » prend l’engagement d’une livraison avant 10 h du matin de tout colis arrivé au centre de distribution avant 8 h. Plus de 500 000 colis sont ainsi livrés tous les ans. La viabilité économique du service ne repose sur aucune subvention publique. En sortie, des gains économiques et environnementaux considérables, liés notamment à une réduction de 28% des kilomètres routiers parcourus.

Deux clé de succès pour ce système novateur et pragmatique de livraison en environnement vertical : la capacité des transporteurs à coopérer, y compris dans un environnement hautement concurrentiel, et des équipes de chauffeurs et de livreurs excellentes et parfaitement formées, ne connaissant presque pas de turn-over. En effet, contrairement à certains pays européens, les métiers de la livraison urbaine au Japon ne souffrent pas d’un déficit d’image. Même si le secteur emploie à la fois du personnel permanents et des étudiants… mais toujours en uniforme. A quand un service similaire pour La Défense ?

Mots-clés : Shinjuku, Epson, Fujitsu
  • Diana Diziain

    Chargée de mission transport de marchandises & logistique - Communauté urbaine de Lyon

    Auteur(e) de 7 articles