Logement

M. le Président, vos ministres assassinent mes emplois !

"Monsieur le président de la République, Mesdames les ministres et Cécile Duflot, cette tribune s'adresse à vous mais aussi à ceux qui comme moi se considèrent comme entrepreneurs et non comme des patrons !

Parce qu'être entrepreneur c'est avant tout un état d'esprit : Nous entrepreneurs, nous décidons de nous lancer, de prendre des risques, d'innover, de créer la dynamique, et avons la volonté de faire adhérer les autres à leur projet, dans l'espoir de le faire grandir. Un peu comme vous hommes et femmes politiques !

Nous entrepreneurs, nous travaillons sans compter nos heures, parce que porter, AVANT TOUT, par un projet et sa réussite, et très peu par l'argent finalement. Nous entrepreneurs, nous sommes aussi ceux qui, souvent, nous rémunérons moins que les personnes qui travaillent à nos cotés, salariés ou indépendants, parce que nous considérons qu'il en va de la pérennité et du développement du projet de l'entreprise. Nous entrepreneurs, nous considérons qu''il faut rémunérer le travail à sa juste valeur, car nous sommes attachés à l'idéal du rôle "social" de l'entreprise. Nous entrepreneurs, nous sommes ceux qui CREENT LES EMPLOIS, quand vous, MINISTRES, vous les ASSASSINEZ !

Mme Duflot, je suis associé fondateur d'une agence immobilière un peu particulière et voici dans un premier temps des arguments qui devraient vous agréer :

– Vous souhaitez encadrer les loyers, dans les zones tendues JE SUIS POUR ! Car c'est un frein à la mobilité des personnes et donc à la compétitivité de notre pays. Mais par pitié, pensez au choc de simplification prôné par Monsieur Hollande et épargnez nous cette usine à gaz que vous nous préparez.

– Vous souhaitez que les agents immobiliers soient formés : JE SUIS POUR ! Mais attention que cela ne devienne pas le pré carré de certains réseaux ou syndicats qui utiliseraient cela comme une entrave à la concurrence, alors que ce sont eux qui, pour certains, pendant des années ont sabordé l'image de ce métier !

– Vous souhaitez plus de transparence sur les honoraires, JE SUIS POUR ! Pour preuve, je suis un des associés fondateurs d'une agence immobilière qui a décidé de faire figurer, en toutes lettres, le montant de ses honoraires de vente dans ses annonces ! Et oui cela existe la transparence dans un métier que vous ne semblez pas tenir en haute estime. En plus nos honoraires sont forfaitaires, c'est à dire un prix unique, 5 980 € TTC, que le bien soit proposé à 100 000 euros ou 1 million d'euros. Je dirais que cela va plutôt dans le sens que vous souhaitez pour redonner du pouvoir d'achat aux consommateurs en offrant en plus un service de qualité, nos avis clients certifiés et contrôlés le prouvent.

Vous souhaitez limiter drastiquement les honoraires de location au prétexte que c'est un frein à la mobilité : JE M'INSURGE !

Premièrement, parce que cela est uniquement fait par idéologie et hors de tout pragmatisme, sous la pression de certaines associations, qui se gardent bien de vous dire que dans certaines zones en suroffre de logements, c'est le candidat locataire qui ne paye pas sa part d'honoraires de location et qu'il peut même se voir offrir des mois de loyers, l'équipement d'une cuisine, ou d'autres avantages encore par le bailleur !

Mais aussi, parce que c'est tout simplement FAUX ! En effet les agents immobiliers, ne sont, pas plus que les propriétaires bailleurs, responsables de l'augmentation des loyers qui est le vrai frein à la mobilité ! Si c'était le cas, il faudrait alors aussi les féliciter pour les baisses de loyers enregistrées depuis quelques temps dans presque toute la France.

Ce sont les politiques insuffisantes de création de logement des gouvernements successifs, le maquis administratif des permis de construire, la concentration des zones d'emplois, les aides au logement sans conditions de ressources des parents pour un étudiant, les délais de justice insupportablement longs en cas d'impayés pour les bailleurs... qui en sont les vraies causes.

Loin de moi l'idée de mettre à la rue la veuve et l’orphelin au premier impayé, au contraire, je suis pour trouver des solutions pérennes pour les aider à sortir d'un éventuel mauvais pas. C'est d'ailleurs ce que font la plupart des bailleurs ou des agents immobiliers pour les personnes de bonne foi, qui ont une vraie volonté de régulariser leur situation, éventuellement avec l'appui des services sociaux.

En revanche, comme je suis pour sanctionner fermement les abus des bailleurs et des professionnels de l’immobilier, je suis aussi pour l'exemplarité face à ceux, mauvais payeurs, qui sont de mauvaise foi et profitent du système ultra-protecteur de notre pays, et peuvent par là même mettre en péril l'équilibre financier d'une famille ayant investi dans le but d'améliorer sa retraite.

Je rappelle ici qu'il s'agit d'un CONTRAT de location, donc un engagement pris entre deux parties, déjà très déséquilibré en faveur du locataire, qui quand il ne le respecte pas, peut souvent s'en sortir sans trop de soucis. Ne pourrait-on pas considérer que ne pas payer son loyer pourrait être pénalement répréhensible, comme peut l'être le fait de ne pas payer ses consommations au restaurant, ou s'enfuir les bras chargés d'un magasin?

Pour n'être pas uniquement dans la critique mais aussi dans la recherche de solutions, voici, Madame La Ministre, quelques pistes pragmatiques pour fluidifier le marché :

– Raccourcissez les délais de justice contre ceux-là qui abusent du système et vous verrez que le marché reprendra la fluidité que vous appelez de vos vœux !

– Mettez en place une vraie politique de simplification de la construction de logements.

– Remettez rapidement en cause la loi dite « Boutin » qui a aboutit à produire l'inverse de ce pourquoi elle était destinée : faciliter l'accès à la location de certaines catégories de salariés (CDD, Intérim, période d'essai), qui aujourd'hui ne peuvent plus s'adjoindre une caution solidaire si le bailleur à souscrit une assurance loyers impayés ! Avant cette loi contre-productive ils avaient accès plus facilement à un logement !

– Abandonnez l'idée d'une garantie universelle des loyers, et laissez les bailleurs souscrire librement et financer eux mêmes leur assurance loyers impayés. Le système fonctionnait très bien avant l'intervention néfaste du gouvernement au travers de la loi Boutin!

Deuxièmement, je le dis sans détour, le projet UneMaisonBleue, agence au forfait, n'aurait pas vu le jour sans l'appui de notre service location qui représente environ 25 % de notre chiffre d'affaire et nous permet d'avoir un flux de trésorerie constant. Cette activité location est aujourd'hui assurée par deux étudiants en alternance l'un préparant un Master de Management des services immobiliers et l'autre un BTS professions immobilières, très compétents et ayant une grande indépendance.

Ces contrats permettent une employabilité plus forte et plus rapide des étudiants à la fin de leur cursus, ayant déjà une longue expérience « terrain », très appréciée des employeurs. Et pour nous, TPE, cela permet de ne pas crouler sous les charges sociales tout en assurant la formation professionnelle des jeunes.

J'ai, ou j'avais (en fonction du contenu final de votre projet de loi) les projets :

– d'embaucher un troisième alternant pour faire monter en compétence l'un de ceux déjà présent et donc de porter leur nombre à trois dès la rentrée de septembre 2013.

– d'embaucher en CDI temps plein une personne en fonction support pour assurer le développement du concept très apprécié des clients d'agence au forfait UneMaisonBleue.

A première vue votre projet de loi, risque de tuer dans l’œuf ces deux embauches, mais en plus je risque de devoir supprimer un des postes que j'ai actuellement car l'équilibre financier du service location ne serait plus assuré. Au total c'est donc TROIS EMPLOIS QU'ON ASSASSINE !

Et cela simplement dans une TPE, imaginez donc dans les PME et grandes entreprises. On estime aujourd'hui qu'environ 10 000 personnes travaillant dans les services locations pourraient voir leur emploi menacé et risquent donc d'emménager au Pôle Emploi très rapidement !!!

Quelques observations :

- Vous souhaitez limiter les frais d'agence, mais à qui cela profitera-t-il le plus ? Très peu à ceux qui loueront un bien à 450 € qui finalement, honoraires d'état des lieux et de rédaction de bail compris seront à près d'un mois de loyer comme c'est déjà le cas aujourd'hui ; En revanche cela profitera énormément à ceux qui ont la capacité de louer de vastes appartements de réception dans les beaux quartiers de Paris !

- Pourra-t-on facturer aux candidats locataires qui se désistent au dernier moment et ne se rendent pas au rendez-vous de signature les frais de rédaction du bail effectivement réalisé ?

Il serait peut-être plus pragmatique de limiter les honoraires de location à la charge du locataire (qui comprendraient les honoraires de rédaction de bail et d'état des lieux) à 70 % du montant loyer hors charges par exemple, ce qui serait clair pour tous, empêcherait les abus et garantirait les emplois dans nos entreprises.

Au final, ce que vous voulez céder aux uns, par pure idéologie, va coûter beaucoup plus cher au pays en terme d'emplois, de consommation, de rentrées fiscales et donc croissance !

Monsieur le Président, stoppez ces réformes criminelles pour nos emplois et notre économie ! De plus, les circonstances seraient aggravantes, car ce serait un assassinat, en effet il y aurait eu préméditation !"

Business Immo