Toujours plus !

Ils sont Américains, Britanniques, Moyen-orientaux ou Français. Ils ont tous levé de l’argent à ne plus savoir quoi en faire. Ils cherchent instamment où placer leurs monnaies sonnantes et trébuchantes. Et ils regardent tous dans une même direction : le commerce. Après un exercice 2014 à classer dans la catégorie des records avec une conjonction de planètes inouïe du côté des méga-deals, 2015 restera aussi dans les annales de l’investissement commerce avec de très belles prises.


Cette performance s’inscrit pourtant dans une toile de fond particulièrement contrastée. En dépit d’une consommation des ménages qui cède parfois un peu mais ne plie jamais en France, le commerce s’attire plus que jamais les faveurs des investisseurs du monde entier qui rebattent les cartes de quelques artères parisiennes. Alors que les Cassandre prédisaient, il y a peu de temps encore, la mort du commerce physique et de sa manifestation la plus flagrante – j’ai nommé le centre commercial –, les investisseurs nous démontrent tout le contraire.


Ils ont de la chance : la gamme de produits s’est élargie sensiblement avec une hyper segmentation du secteur qui nous oblige à repenser la sémantique jusqu’ici utilisée. Leurs caisses sont pleines et le produit commerce est souvent synonyme de gros montants. Et l’argent n’a jamais été aussi peu cher. La toile de fond est donc idéale pour investir dans le produit commerce. Seul écueil de cette belle histoire : l’offre que les spécialistes annoncent comme pénurique. Logique implacable de ce cocktail détonnant : les taux de rendement ont atteint des niveaux se rapprochant des plus bas historiques. Une question s’impose : combien de temps pourra encore durer cette situation ?