Asymptote

© benjaminec / Fotolia

Le marché des bureaux commence à tirer profit de la reprise économique. À moins qu'il ne l'anticipe. Toujours est-il que le secteur locatif francilien a fini l'année 2017 sur les chapeaux de roues avec une demande placée de plus 850 000 m2 sur le dernier trimestre. Un record depuis que les statistiques d'Immostat ont été mises en place et qui permet de terminer l'année avec un niveau de commercialisation de 2,6 millions de m2. Clairement, nous sommes sur la crête d'activité pour le marché locatif de bureau francilien avec un retour en force des grandes transactions : 88 supérieures à 5 000 m2 l'an passé contre 65 en 2016.

À moins que cela ne soit qu'un palier. Les commercialisateurs, toujours optimistes, anticipent déjà une demande placée de 2,8 millions de m2 en 2018, arguant d'une dynamique d'activité qui ne semble pas faiblir en janvier. Les perspectives macro-économiques encourageantes en France, le retour d'attractivité de Paris vendue comme la nouvelle capitale économique européenne à la faveur du Brexit et le climat de confiance des décideurs sont autant de moteurs qui alimentent, voire accélèrent, les prises de positions immobilières des entreprises. Car l'immobilier devient un facteur clé dans la chasse aux talents qu'elles se livrent dans un contexte de quasi-plein emploi au niveau des cadres en Île-de-France. 

La seule limite de cette croissance réside peut-être dans l'offre de bureaux. Que veulent les utilisateurs ? Du neuf et de la centralité. Où se posent-ils naturellement ? Dans le Croissant Ouest (660 000 m2 commercialisés et une progression de 40 % de la demande placée d'une année sur l'autre) pour le neuf. À Paris (1,1 million de m2 loués en 2017) et plus précisément dans le Quartier central des affaires (480 000 m2 placés) pour la centralité. Le QCA souffre d'une pénurie drastique d'offre, avec un taux de vacance de 2,7 % jamais vu depuis 15 ans. Celui qui sera en mesure de proposer dès cette année un immeuble neuf ou restructuré est dans une position plus que confortable. 

Pour combien de temps ? Question de cycle, répondent les uns qui guettent un possible ralentissement économique aux  États-Unis qui entrent dans leur 8e année consécutive de croissance. Question d'équilibre du marché, répondent d'autres. Une maîtrise de l'offre neuve de bureaux, voire l'entretien même d'une certaine rareté, limite les perspectives de croissance mais reste la meilleure assurance contre une contraction de la demande.

Business Immo