Chiffres et statistiques

Conjoncture énergétique - Avril 2013

Une étude produite par

Après une quasi-stabilité au mois de mars, la production d’énergie primaire affiche une baisse en avril : - 3,1 % par rapport à l’année précédente, pour un total de 9,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep). Cette tendance est en lien avec la production nucléaire, en baisse pour le quatrième mois consécutif (- 4,9 % par rapport à avril 2012) et, dans une moindre mesure, avec celle de l’éolien. A contrario, la production hydraulique augmente par rapport à son faible niveau d’avril 2012. Il faut remonter à avril 2001 pour trouver une production supérieure.
En glissement annuel, la consommation d’énergie primaire réelle est stable en avril (+ 0,1 %).
Résultat de ces tendances inversées entre l’offre et la demande, le taux d’indépendance énergétique se rétracte : - 1,6 point en glissement annuel. Mesuré sur les douze derniers mois, entre mai 2012 et avril 2013, il s’établit à 48,1 %.
En données corrigées des variations saisonnières, climatiques, et des jours ouvrables (CVS-CVC-CJO), la consommation d’énergie primaire fléchit de 3,0 %, après avoir été en hausse durant trois mois consécutifs. Cette tendance concerne toutes les énergies, à l’exception du pétrole (+ 2,1 % sur un mois, après + 6,0 % entre février et mars). Elle est plus nette pour le charbon, avec une forte baisse de plus de 28 %. Enfin le gaz et l’électricité reculent respectivement de 4,9 % et de 2,8 %.
La facture énergétique française du mois de mars augmente de 4,2 % par rapport à celle de février, à 5,5 milliards d’euros. Mesurée en cumul sur les douze derniers mois, elle s’établit à 68,2 milliards d’euros.

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.