Les marchés immobiliers français

Publié le

Une étude produite par

15,1 milliards d’euros ont été investis en France en 2013, soit une hausse de 1% sur un an et une légère baisse de 3% par rapport à la moyenne des dix dernières années. Si l’instabilité économique et fiscale demeure, et si le segment des bureaux a pu souffrir de la dégradation du marché locatif, les commerces et les locaux industriels ont en revanche été dynamiques.

Le marché français a notamment profité d’une offre plus variée, alimentée par les cessions d’acteurs soucieux de recentrer leur patrimoine ou contraints de dégager des liquidités, suscitant l’intérêt d’un nombre croissant d’investisseurs.

Favorisées par l’ajustement progressif des valeurs, les opérations portant sur des actifs moins sécurisés ont aussi joué un rôle plus marqué, permettant à quelques investisseurs opportunistes de s’illustrer aux cotés de grands institutionnels long terme convoitant les biens les plus emblématiques de l’Hexagone.

Source : Cushman & Wakefield

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.