Immobilier et perspectives : décryptage de la Conjoncture Immobilière en France, en Angleterre et en Allemagne

Publié le

Une étude produite par

La meilleure santé économique de la zone euro s’est confirmée au cours des derniers mois. Le 1er trimestre a ainsi révélé une bonne surprise, avec un taux de croissance estimé à un peu plus de 2 % en rythme annuel. Dans l’industrie et les services, le climat des affaires est stable à un niveau légèrement positif. Dans la construction, il est revenu au voisinage de la tendance passée et l’amélioration marque maintenant le pas. Dans le commerce de détail, après avoir atteint un niveau exceptionnellement haut, il revient vers un niveau plus normal. Au total, les derniers indicateurs de la zone euro reflètent une croissance modérée, autour de 1,5 % l’an. L’inflation sur trois mois est nettement négative, sous l’effet retardé de la baisse du pétrole mais devrait redevenir positive, portée par le rebond du prix du Brent.

Le vote du Brexit, qui met fin à quarante-trois années d’appartenance du Royaume-Uni à l’Union Européenne, aura également des conséquences pour l’Union Européenne. S’il reste difficile d’en mesurer aujourd’hui les effets sur les économies, ce choix des Britanniques ouvre donc une période d’incertitude, synonyme de volatilité à court terme pour les marchés financiers, au Royaume-Uni comme pour l’Europe. La levée progressive des incertitudes dépendra de la mobilisation politique à mettre rapidement en place de nouveaux accords commerciaux, qui soutiendront l’activité.

Source : La Française AM

 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.