[GB] Atonie générale de l’immobilier résidentiel

Publié le

Une étude produite par

Le marché de l’immobilier résidentiel au Royaume-Uni est resté atone durant le mois de mars. D’après la dernière étude « Housing Market Survey UK » publiée par la Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS), la demande s’établit en légère baisse outre-Manche, ce qui se traduit par une faiblesse du nombre de ventes.

« La prudence vis-à-vis de prévisions économiques et les perspectives de hausse des taux d’intérêts viennent en effet s’ajouter aux difficultés d’accès au financement hypothécaire pour les primo-accédants », note la RICS. Par ailleurs, les divergences régionales s’accroissent. Dans une large partie des Middlands et du Nord de l’Angleterre, la baisse d’intérêt des acheteurs est conséquente, tandis que dans d’autres zones géographiques comme l’Ecosse, le Pays de Galles et le Sud Est, les conseils ont fait part d’une augmentation. Dans le même temps, le nombre de nouveaux mandats, indicateur du niveau de l’offre sur le marché, a été stable, d’après les Chartered Surveyors Enfin, le chiffre des ventes récemment conclues est resté morne au niveau national, avec ; là encore, des différences régionales importantes (plus positif dans le Sud Ouest et au Pays de Galles, alors que l’East Middlands, le Yorkshire et l’Humberside ont affiché des résultats particulièrement négatifs).

Les conseils ont fait part de la réticence des vendeurs à baisser encore leurs prix. Au niveau national, 23% de plus de Chartered Surveyors ont rapporté une baisse (ce chiffre était de 26% en février). Londres a été la seule région du pays à afficher une hausse. Sur un plan global, dans ce contexte, les prévisions de prix pour les 3 prochains mois restent pessimistes.

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Mots-clés : GRANDE-BRETAGNE, RICS

Sur le même thème