Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Un exercice positif … en Régions ?

Performances Hôtelières en France - Octobre 2016

Publié le

Une étude produite par

Performances Hôtelières en France - Octobre 2016

Si les performances hôtelières restent globalement en recul sur ce mois d’octobre pour la plupart des catégories à l’échelle de la France, notons que la Province réalise de bonnes performances, à l’instar de la catégorie Super-économique qui peut aujourd’hui espérer terminer l’année à l’équilibre voire en progression (RevPAR en recul de « seulement » -0,1% à fin octobre). L’Ile-de-France et la Côte d’Azur en revanche confirment pour ce mois d’octobre la tendance baissière en espérant, pourquoi pas, une note positive pour les deux derniers mois de l’année.

Le mois d’octobre marque un retrait sensible sur l’hôtellerie française et sur la plupart des catégories, excepté sur le marché Super-économique, qui enregistre un RevPAR de +1,3%. Les catégories Luxe et Haut de gamme sont celles qui ont le plus souffert ce mois-ci, le chiffre d’affaires hébergement étant tiré vers le bas par le recul très net du prix moyen.

En Île-de-France, c'est sans surprise que les mois se suivent et, malheureusement, se ressemblent. L’hôtellerie parisienne affiche des RevPAR en baisse, de -10% sur le segment Economique jusqu’à -26% sur le marché Luxe pour le mois d’octobre. La clientèle à fort pouvoir d’achat a déserté Paris et a entrainé une chute de la fréquentation des établissements hôteliers positionnés sur le segment Luxe, soit un retrait de -14% de TO comparé à 2015. Les efforts tarifaires consentis ni même les évènements du mois d’octobre (Mondial de l’Automobile, SIAL) n’auront pu inverser la tendance. Toutefois, notons que toutes les autres catégories sur Paris ont tout de même enregistré des taux d’occupation supérieurs à 80% ce mois-ci. Notons également qu’en Île-deFrance hors Paris, les hôteliers semblent avoir opté pour une politique différente. Nous constatons une augmentation des prix moyens sur le marché Milieu de gamme dans la plupart des départements, pouvant atteindre +17,3% dans le Val-d’Oise, tirée par le pôle de Roissy.

Source : In Extenso

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.