La lettre de la FNAIM Paris Ile-de-France - Septembre 2012

Publié le

Une étude produite par

En s'exprimant le 9 septembre sur le plateau du journal télévisé, le président deb la République a en quelque sorte sifflé la fi n des vacances. Il a saisi l'urgence de tenir un discours clair et ferme. Les "100 jours" sont bel et bien finis. Si une première période d'écoute et de consultation pouvait se comprendre dans un contexte d'alternance politique, le temps de la décision est désormais venu. Il y a urgence à agir, et en premier lieu à clarifier la politique de l'État. Tout particulièrement en Ile-de-France, où la crise du logement est aiguë.
Le Parlement est saisi en urgence du projet de loi relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement social et au renforcement des obligations des communes. Certes. Mais on ne s'attaque là qu'à une partie du problème.
Faut-il rappeler que le parc immobilier francilien est composé à 50 % de biens privés ? Et qu'en conséquence, aucune solution ne pourra être trouvée sans la mobilisation des bailleurs privés ?

Source : FNAIM Paris Ile-de-France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème