Immobilier résidentiel : évolutions récentes et perspectives 2015-2016

Publié le

Une étude produite par

Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne faut toutefois pas les surestimer. Ils concernent surtout le logement neuf, qui ne totalise que 20% du marché. Et les volumes de vente dans le neuf restent encore historiquement bas. Mais ils ont nettement rebondi au premier trimestre 2015, +14% sur un an dans le neuf promoteur, +15% pour les maisons individuelles hors promoteurs. Les mesures de relance et d’assouplissement (dispositif Pinel, normes de construction…) portent leurs fruits. De même, la production de nouveaux prêts atteint des records au premier semestre. Les taux de crédit sont au plus bas et risquent de remonter, ce qui conduit à de nombreux rachats de crédit et renégociations.

Mais les encours de crédit restent sur une tendance assez modérée. Le marché de l’ancien reste à peu près stable : hausse des ventes début 2015, mais cumul douze mois en baisse de 4% sur un an, prix des logements en recul de 1,9% sur un an au premier trimestre.

Si le neuf est stimulé par les mesures de relance, l’ancien reste affaibli par une série de facteurs : la hausse du taux de chômage, les anticipations très prudentes en matière de revenu, les mesures fiscales des années passées et le niveau trop élevé des prix.

Sources : Crédit Agricole

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème