Le marché résidentiel de haut de gamme à Paris

Publié le

Une étude produite par

Si le resserrement du crédit et un environnement économique très pesant expliquent en partie la baisse du nombre de mutations, le niveau des prix constitue le principal frein aux projets et décisions d’achats. Les prix font de la résistance : au 3e trimestre 2012, le prix moyen atteint 8 440 €/m².
Les biens comportant des défauts subissent des décotes même si les propriétaires ont encore du mal à revoir les prix de présentations : des objections à l’achat entrainent un allongement des négociations et des délais de vente.

Source : CBRE

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème