Le parc locatif privé francilien, une fonction sociale qui perdure, mais à quel prix ?

Publié le

Une étude produite par

Malgré la hausse des loyers et l’érosion du parc dit « social de fait », le parc locatif privé continue de loger une grande part des ménages à faibles revenus. Pour s’y maintenir, ces derniers sont amenés à faire des concessions sur leurs conditions de confort ou d’occupation.

Source : Institut d'Aménagement et d'Urbanisme (IAU)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème