Business Immo, le site de l'industrie immobilière
European Monthly Report

Les investisseurs bénéficient de conditions de prêt attractives

Publié le

Une étude produite par

Les investisseurs bénéficient de conditions de prêt attractives

• Le coût d’emprunt global des investisseurs européens en immobilier d’entreprise est devenu plus attractif en 2016, comme indiqué ci-dessous, grâce au recul des taux de swap à 5 ans. Ces derniers ont plus que compensé la légère hausse des marges moyennes, avec un ratio LTV toujours inférieur à 50%.

• En 2016, les banques européennes ont réduit leur production de nouveaux prêts en immobilier d’entreprise de 11% par rapport à 2015, pour avoisiner 118 milliards d’euros. Toutefois, les ratios LTV moyens ont inversé la tendance à la hausse connue depuis 2011, et se sont inscrits en baisse du fait d’une plus grand prudence des prêteurs.

• Malgré un recul de 40% des volumes de prêts syndiqués européens dans l’immobilier d’entreprise, en grande partie du fait de la baisse au Royaume-Uni, la syndication demeure pour les prêteurs un segment important pour la vente et l’achat de portefeuilles de prêts. En moyenne, les financements d’acquisition ont été syndiqué à hauteur de 60% depuis 2006.

• Les prêteurs non bancaires ont joué un rôle croissant dans le marché de la dette hypothécaire tertiaire en Europe, en étant acheteurs nets sur les marchés de la syndication. En dépit d’un léger revirement en 2016 au Royaume-Uni, cette tendance à long terme devrait se poursuivre.

• En 2016, les marges moyennes sur l’ensemble des marchés ont augmenté à 155-160pb, en raison de l’impact du Brexit sur les marges au Royaume-Uni. La plupart des autres marges européennes sont restées stables ou se sont contractées.

• L’écart des marges au Royaume-Uni entre les différents types de prêteurs s’est réduit en 2016, du fait de la concurrence accrue entre les banques britanniques, les banques étrangères, les assureurs et les autres prêteurs non bancaires.

• Les coûts d’emprunt globaux sont descendus sous la barre des 2%, les taux de swap à 5 ans se situant en effet désormais à des niveaux historiquement bas en raison des mesures d’assouplissement quantitatif et des réductions de taux d’intérêt emmenées par les banques centrales. Ce chiffre est conforme aux coûts réduits des emprunts existants des REIT.

Source : AEW Europe

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.