Marketbeat

Paris QCA : Bureaux, une fin d'année flamboyante ! - T4 2017

Publié le

Une étude produite par

Demande placée : l’année 2017 se termine en beauté…
Le marché tertiaire de Paris QCA termine 2017 en beauté : le 4ème trimestre aura vu la commercialisation de 166 000 m² de bureaux -meilleur trimestre de l’exercice- qui porte la demande placée à 480 800 m² au cumul de l’année. Paris QCA conserve donc sa dynamique haussière et signe pour la 4ème année consécutive une performance au-delà des 450 000 m² traités, confirmant son statut de locomotive du marché parisien mais aussi francilien. Environ 900 transactions (locations et ventes utilisateurs) ont été répertoriées en 2017; c’est moins qu’en 2016 mais la taille moyenne des surfaces, en hausse, corrige la baisse du nombre des réalisations. La contraction de l’offre immédiate, perceptible depuis 2015, semble jusqu’à présent sans effet sur la dynamique transactionnelle. L’attraction du QCA est telle que les entreprises n’hésitent pas à se positionner en amont des livraisons. Dans ce contexte, les perspectives 2018 restent positives.

…grâce aux grandes transactions
La prise de vitesse des transactions supérieures à 5 000 m² relevée sur le marché du QCA cet automne s’est confirmée au 4ème trimestre. Elle a porté la dynamique du marché sur ce créneau de surfaces à des niveaux historiquement élevés avec 138 900 m² traités en 2017, à comparer à 62 000 m² en 2016 et en moyenne sur les 10 dernières années. Dans le même temps, les petites surfaces affichent un recul de 7%, mais conservent leur rôle moteur dans la structuration des volumes placés. La seule ombre au tableau vient in fine des transactions de taille intermédiaire – 115  300 m² placés – qui accusent une baisse de 19% en un an.

Valeurs locatives : poussées haussières
La valeur prime des transactions de bureaux s’établit à 840-850 €/m²/an dans le QCA, alors que le loyer moyen de première main (surfaces restructurées), positionné à 660 €/m²/an, reste stable d’une année sur l’autre. Dans le détail, les loyers de signature ont progressé à l’Etoile, passant de 660 à 710 €/m²/an en moyenne. Ils pourraient conserver cette tendance haussière en 2018, compte-tenu de la rareté de l’offre de classe A et de l’engouement des entreprises pour ce micromarché prestigieux.

Les surfaces de seconde main ont, elles aussi, profité de cette tendance porteuse (+2% en un an) et se positionnent à 560 €/m²/an en moyenne, un point haut historique depuis 2007. 

Source : Cushman & Wakefield

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème