Deux décennies d'immobilier en Île-de-France : un marché du logement à plusieurs vitesses?

Publié le

Une étude produite par

Au début de l’année 2014, au cours d’une période d’interrogation sur l’évolution de l’immobilier, il nous est apparu utile de conforter les indications conjoncturelles que l’on peut retenir de l’évolution des marchés par une étude plus structurelle, portant cette fois d’abord sur une rétrospective d’une vingtaine d’années d’évolution des marchés, et d’autre part sur les caractéristiques des acquisitions et des ventes.

Cette analyse est le reflet de la qualité des indications contenues dans notre base immobilière, tant pour ce qui concerne ses données économiques que ses données sociologiques, qui doivent être mises en relation avec les grands fondamentaux démographiques de l’Ile-de-France, et, à l’intérieur de cette région très diversifiée, des différents secteurs de sa principale unité urbaine.

En effet, depuis une vingtaine d’années, la donne immobilière a changé. Si quelques phénomènes saillants, comme la forte poussée des prix, ou d’amples mouvements de hausses ou de baisses des ventes ont marqué les mémoires, il est moins évident de discerner d’autres mouvements dilués dans le temps mais qui ont modifié les modes de fonctionnement du marché.

Source : Conseil Supérieur du Notariat

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème