Dépenses en logement en 2013 : ralentissement des dépenses courantes, léger recul de l’investissement et des aides publiques

Publié le

Une étude produite par

En 2013, la dépense totale en logement croît plus vite que l’ensemble du PIB, sous l’effet d’une progression relativement soutenue des dépenses courantes, alors que les dépenses d’investissement diminuent, mais cette situation devrait s'inverser en 2014.

La dépense courante connaît toutefois une croissance moins vive qu’en 2012 sous l’effet d’une évolution relativement faible des prix des loyers et d’un retour à des températures plus proches de la moyenne, qui se répercutent sur les dépenses d’énergie. Ces tendances devraient se poursuivre
en 2014, la dépense courante en logement progresserait de 1,0 % en valeur (- 0,5 % en volume).

L’investissement global en logement diminue légèrement en 2013 avant de baisser fortement en 2014. La croissance de la production de logements collectifs, qui concentre l'essentiel de la production de logements sociaux, reste dynamique encore en 2013 (+ 5,1 %). Elle baisserait en 2014 (- 5,5 %), comme pour l'individuel. Les prix dans le neuf et dans l’ancien diminueraient en 2014 comme en 2013.

Source : Ministère de la transition écologique et solidaire
 

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème