La conjoncture du marché locatif privé - Les loyers de marché à fin février 2016

Publié le

Une étude produite par

1. Observer et connaître les marchés locatifs privés
CLAMEUR communique, dans le cadre de son « Tableau de Bord » semestriel, sur 1 532 villes, regroupements de communes et pays de plus de 10 000 habitants.
Il recouvre en outre 95.9 % du marché locatif privé de la Métropole.
CLAMEUR observe en outre les villes, regroupements de communes et pays de plus de 2 500 habitants, Métropole et DOM confondus.
Le « Recueil des loyers » classe ainsi 4 753 territoires, en distinguant les loyers selon le type de logements (studio/1 pièce, 2 pièces, …) : 3 208 villes (74.3 % des villes de plus de 2 500 habitants) et 1 545 EPCI (75.3 % des EPCI de plus de 2 500 habitants).

2. L’activité du marché locatif privé
En 2015, la reprise d’activité du marché locatif privé a été soutenue (+ 11,9 %). Les mois d’été ont été très actifs : la mobilité s’est établie au-dessus de sa moyenne de longue période, retrouvant son niveau d’avant la grande dépression. L’activité a cependant fléchi dès novembre : ce que le début de l’année 2016 confirme, même si l’activité reste à bon niveau.

3. L’évolution des loyers de marché
En dépit de la reprise du marché, les loyers de marché ont baissé durant toute l’année 2015.
Même au cours du printemps et de l’été qui enregistrent habituellement une hausse des loyers, lorsque la pression de la demande est la plus forte. Le début de l’année 2016 confirme la tendance à la baisse des loyers (- 0.8 % sur les 2 premiers mois de 2016, en GA).

Depuis 2006, les loyers de marché : + 0.9 % par an, en moyenne, sous l’inflation (+ 1.2 % en moyenne, chaque année). De 1998 à 2006 ces loyers avaient cru de 4.0 % chaque année, pour une inflation de 1.8 % par an. Depuis 2011, la hausse des loyers : + 0.3 % par an, en moyenne, pour une inflation estimée par l’INSEE de 0.7 % par an, en moyenne.

4. Les loyers de marché dans les villes
Sur un marché qui hésite, les loyers reculent dans 54.1 % des villes de plus de 10 000 habitants. Une telle situation avait déjà été constatée durant l’hiver 2015.

5. L’effort d’amélioration et d’entretien
En 2015, le marché s’est ressaisi. Les loyers de marché ont néanmoins reculé et l’effort d’amélioration et d’entretien des logements a encore diminué : 16.1 % des logements reloués après travaux. L’effort remonte pourtant sur le début de 2016, poursuivant le redressement amorcé durant l’été 2015 : il reste cependant sous sa moyenne de longue période.

6. En conclusion
Après une année 2015 de reprise de l’activité, le début de 2016 s’inscrit en demi-teinte : une activité plus faible qu’en 2015 à la même époque, mais une activité toujours à bon niveau !

En revanche, la baisse des loyers de marché se poursuit (- 0.8 % en GA, à fin février), à un rythme comparable à celui constaté en 2015 à la même époque : mais à cet égard, les mois d’hiver sont rarement propices à la hausse des loyers de marché !

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème