Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Le financement des professionnels de l’immobilier par les banques françaises en 2016

Publié le

Une étude produite par

Le financement des professionnels de l’immobilier par les banques françaises en 2016

En 2016, la production de concours aux professionnels de l’immobilier a atteint 69,1 milliards, soit une hausse de 11 % par rapport à l’année précédente. Si, avec une hausse de 19,3 % par rapport à 2015, la France a enregistré une activité particulièrement dynamique sous l’effet du rachat de FONCIÈRE DE PARIS par EUROSIC au cours du premier semestre de 2016, le reste de l’Europe n’a connu qu’une croissance modeste de sa production (+1,1 %) tandis qu’elle se contractait de 4 % dans le reste du monde.

En excluant les autres bénéficiaires, la part des promoteurs et marchands de biens dans la production annuelle a enregistré en 2016 une progression de 3,3 pts qui tranche avec les évolutions de long terme observées depuis 2008.

La clientèle des investisseurs reste néanmoins toujours prépondérante, concentrant 56,6 % des nouveaux concours accordés au cours de l’année (hors autres bénéficiaires toujours).

La structure de la production par type d’actifs a connu quelques évolutions notables entre 2015 et 2016 : les actifs diversifiés (+3,7 pts à 12,8 %) et les locaux d’activité (+0,2 pt à 6,2 %) ont vu leur part progresser en 2016 ; l’immobilier de bureau a enregistré un repli relativement marqué (-2 pts à 21,5 % mais +1,2 pt en Île de France à 12,4 %) ; l’immobilier résidentiel, s’il reste largement majoritaire avec 36,9 % de la production, a vu son poids reculer de 1,1 pt par rapport à 2015.

Enfin, les critères d’octroi ne font pas apparaître de relâchement significatif : la durée moyenne à l’origination a progressé de 1,6 mois d’une année sur l’autre et, si 2016 a vu l’apparition d’opérations présentant un taux de pré-commercialisation nul, ce phénomène semble davantage refléter un affinement des déclarations des banques qu’une réelle dégradation des conditions d’octroi.

Source : Banque de France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.