Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Renforcer la mobilité dans le parc social francilien

Publié le

Une étude produite par

Le parc social francilien fonctionne comme un parc d’installation de plus en plus durable pour ses locataires. Dès lors, les bailleurs sont amenés à assurer une gestion optimale de son occupation. Ils proposent ainsi des possibilités de mobilité pour fluidifier les parcours, limiter la sous-occupation et prévenir les expulsions.

La durée moyenne d’installation dans le parc locatif social francilien était de 14,5 années en 2013, contre 10,7 années en 2002, d’après l’Enquête nationale logement (ENL) menée par l’Insee. Le groupe bailleurs, réuni en 2016 par l’Observatoire du logement social en Île-de France, sur la question des mutations (autre appellation pour désigner la «mobilité » ou encore le changement de logement) a livré des éclairages sur les politiques mises en œuvre par les organismes HLM. Ces derniers sont en effet confrontés dans leur patrimoine à des familles occupant des logements trop exigus et, inversement, à des ménages vieillissants logés dans de grands appartements. Aussi, outre la pression de la demande, très forte en Île-de-France, les bailleurs doivent également faire face à la problématique du parcours résidentiel pour rééquilibrer l’occupation des logements et proposer une offre adaptée aux structures familiales et aux revenus des ménages.

Source : IAU Ile de France

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.