Business Immo, le site de l'industrie immobilière

Le marché de l'immobilier de bureaux en Île-de-France : conjoncture et analyse rétrospective

Publié le

Une étude produite par

En comparaison avec d’autres métropoles européennes, l’Île-de-France dispose d’un parc extrêmement diversifié et hétérogène, c'est l'un des plus importants au monde. Toutefois, la valeur des immeubles et des transactions reste en deçà de ce qui se pratique à Londres (seule métropole véritablement comparable et concurrente de l’Île-de-France en Europe), ce qui se justifie par un tissu économique différent, une législation et une pratique immobilière distinctes.

Le marché tertiaire francilien en 2016 marque une dynamique positive. La demande placée a progressé (+12 % entre 2015 et 2016), portée par les grosses opérations supérieures à 5 000 m². Les valeurs locatives restent stables au niveau francilien même si elles progressent légèrement dans le quartier central des affaires (QCA) à Paris. L’afflux des capitaux vers le marché d’investissement en région Ile-de-France a fortement progressé en 2016 (en volume : 19,6 milliards d'euros).

En revanche, on constate tout de même la confirmation d’un marché à plusieurs vitesses. Il y a celui du QCA à Paris où l’on enregistre un taux de vacance ne dépassant pas les 5,6 %, et d'autres territoires où l’on voit se confirmer un taux de vacance pouvant aller à 2 chiffres, qui suscite la crainte d’une situation de suroffre ou de son inadéquation avec le marché local. A l'échelle de l'Île-de-France, on note une progression d’année en année de la vacance durable qui représente aujourd’hui plus de 9 % du stock vacant.

Source : DRIEA

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.