La lettre - septembre 2017

Publié le

Une étude produite par

La période est étrange : chacune et chacun, au sein de la région Île-deFrance et la métropole du Grand-Paris, s’interroge sur les projets à venir. Pourquoi ? Comment ? Avec qui ? Quand ?... Le Président de la République n’a pas caché son souhait de bouleverser les institutions sur notre territoire francilien, mais bien peu d’entre nous connaissent véritablement la volonté présidentielle en la matière. Tout juste est-on sûr d’une chose : c’est avec la double justifi cation de la baisse de la dépense publique et de la simplification administrative que les projets se dessinent. Et sans doute pouvons-nous ajouter le qualificatif de confidentialité dans la confection de ces projets, tellement les demandes de rencontres et d’échanges avec les élus locaux restent pour l’instant lettre morte…

Mais au-delà de cette question démocratique, plusieurs éléments nous intéressent pourtant au plus haut point. La conception de l’organisation institutionnelle en Île-de-France et dans la Métropole aura demain un sens évidemment différent selon le sens des projets mis en avant dans les prochaines semaines. Selon qu’il s’agira d’une vision centralisatrice à l’échelle métropolitaine ou d’une vision intercommunale à l’échelle territoriale, les impacts directs et indirects pour des politiques publiques de proximité seront bien différents. Les élus locaux dans leur écrasante majorité et par-delà les différences politiques, regroupés au sein de Paris Métropole, avaient réfl échi, travaillé, proposé des dessins métropolitains privilégiant des réformes assises sur ce qui fonde la République et la démocratie : la commune comme cœur de projets structurants, l’intercommunalité comme poumon de projets travaillés en commun, et la métropole comme cerveau d’une dynamique au plan stratégique. Il y avait là de l’intelligence, parce qu’il y avait une volonté de travailler ensemble.

Et la loi NOTRe est passée par là…

Il y a donc, sans doute, à s’inquiéter pour nos politiques publiques, parmi lesquelles au premier plan celle du logement à l’échelle régionale ou métropolitaine. La question foncière est stratégique, en particulier autour des gares du Grand Paris Express. Le rôle de l’Observatoire n’en sera que renforcé.

Source : ORF (Observatoire régional du foncier en Ile-de-France)

Vous souhaitez lire cette étude ?

Elle est réservée à nos abonnés.



Sur le même thème